Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature étrangère - Page 4

  • Clarities, articles critiques

    clarities1.jpg

    Quelques extraits d'articles parus ici et là / Extracts from a few reviews.

     

    Clarities, Blandine Longre

    Black Herald Press, September 2010

    120×160 – 48 pages – 8 euros

    ISBN  978-2-919582-00-6

    Order the book / Commander l’ouvrage

     

    http://clarities.tumblr.com/

     

    A review by Lisa Thatcher

    “In Clarities we see one of these voices, speaking to the fluid richness of a previously unexplored liquid centre. Clarities gives one the experience of the timelessness of existence. There is no pinning life down, pinning me down. I am invited to be read by Longre. She sees me and she expresses my own fleeting crucial moments in her exploration of my engaging with life. Rather than expose, dictate, alleviate, Longre reveals. She uncovers those moments that are the universe on the point of the pin; she turns them on me, and lets me feel the pierce of their enormity. I have an experience of borderless-ness. I can’t tell where she starts and I begin. There is no pre amble. No introduction. She siren-sits and when I get there, I discover a shared humanity in her words that is as intimate as it is universal.” (…)

    Longre seems infinitely aware of the swirling fluidity of each human, separate and together with all that exists. The perpetual swim against the tide of annihilation, useless and exhausting, and yet imbued with the necessary meaning that leads to a knowing that is not like a grasp but more like a smoky awareness of my own existence, rests behind all these beautiful poems, like a rain of water stars. Despite the introduction to my darker self, there is hope. There is a body. There is a tangendental version of real. Longre lets me feel my self with my fingertips. She never preaches at me, but lets me feel my own seeping fluid in amongst the tangled conglomerate of my own version of self hood."

    Lisa Thatcher (April 2011)

     

    The Unleashment

    “What Clarities introduces us to is a poet absolutely fully formed, dealing with the subtleties of human communication in a pressured, psychologically intriguing way. There is also much of the ecstatic in the tone of this poet, a voice that closely adheres to its own joy, in the sense of, say, a Whitman or a Blake. (…)

    Formally we have something akin to Elizabethan sonnets blown to smithereens and re-arranged by a combination of an Apollinaire, a William Carlos Williams and a Charles Olson. Longre’s lines slither and slurp across the page, others speed and jump proto-iambically…  (…)

    …the form creates its own sonic imperatives and bustles along its way in mixtures of half-rhyme, no-rhyme, vowel echoes, assonances and airs. Again, what impresses is the directness that is maintained despite the wordly acrobatics, the intention still present in each thrust and burst of language. From an English language perspective Longre seems to have conjured a poetics and poetry that is consistently joyful, satisfying and intelligent.”

    Andrew O’Donnell in The Fiend (March 2011)

     

    The Vortex of Being

    “Blandine Longre is not just a metaphysical poet, she is rather a poet who, by a monstrous yet involuntary excavation of the soul/self, emerges as an archeologist of the most secret and unimaginable depths of ‘being’.  A poet who has rightly denied herself the expedient pleasure of flicking through the quasi-scientific ‘rulebooks’ of poetry, excommunicating herself rather from the unsparing propulsion even of her own syntax. She takes the end of each line as if a loose and still-sparking electricity cable and connects us to a new imaginative forcefield of language. (...)

    “She arrives at the nerve-terminals of experience before we have registered it. Language is experiencing her, not the other way round. She possesses the necessary imaginative fatalism that separates the very good poet from the utterly unique one. The metabolism created anew by her own etymological non-reason has the overwhelming effect of forcing us to climb free suddenly from the darkness of a literary grave. We find ourselves arriving too late, such are the rapid associations and proddings of her mind, we have no other choice but to accept her logic, accept it as our new poetical fate, and the violent and cataclysmic ruptures of her poems as the inevitable moving away from the piteous and weak contemporary idioms that we cannot help but wage a war against. “

    Paul Stubbs (March 2011)

     

    “Love’s not so pure and abstract as they used to say”

    "The uniqueness that is Blandine Longre’s in this collection of poems is twofold, in my opinion. Firstly, she has identified a domain: the powerful complexity of instincts and vicissitudes, and their processes and their drives. Secondly, she has found a language and a form for their expression. It involves neologism, courageous experiment and a fierce intelligence to have kept such a sustained control. There is an immanence of the object in her writing which is entirely compelling.

    Blandine Longre invites us to share an intensity of seeing, comprehending, reading the other and beyond: responding to the judgment call and interpreting the momentous subtlety of the moment. She has constituted an art of the matter of seeing: seeing in a most intimate and shockingly dynamic way. The irreducible integrity of the image that Pound once envisaged is herein extant. Clarities is an astonishing debut. Blandine Longre has unleashed a new, vital, metaphysical animal upon an unsuspecting public. Be warned!"

    Nigel Parke (November 2010)

     

    Oh Welcome Complexity

    "The usual point of reference for this sort of corporeal (and feminised) writing would be Plath, especially since she is quoted in the introduction. But the effect, especially above, is more reminiscent of Rimbaud’s ‘Illuminations’, This is interesting, because English is a second language for Longre, yet clearly the poems were (well) written in our great language – sorry for that vulgarity. (...)

    There’s an Ashbery quote, about French being too clear and logical a language for some of the nuanced tonal effects achievable in English. Yet look at what Celine, Genet or Artaud achieved, poetically. Indeed, look at the best poems in this collection. Although written in English, they have the unmistakable clarity and relentless logic of the best French writing."

    Paul Sutton (Stride magazine, October 2010)

    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Littérature étrangère, Poésie, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • The Wolf, revue de poésie

    wolf.jpgThe Wolf, The magazine for new poetry, issue 24 – mars 2011

    Le dernier numéro de la revue de poésie The Wolf, que dirige le poète anglais James Byrne (voir son dernier recueil Blood / Sugar, publié par Arc Publications) depuis 2002, entre Londres et New York, revue qui a toujours proposé une ligne éditoriale soignée et de qualité (loin de la vacuité qu’engendre fréquemment une certaine poésie contemporaine dénuée de profondeur, qui se repaît du domestique et de l’anecdotique), contient de beaux textes qu’apprécieront sans nul doute tous ceux qui lisent l’anglais. On citera entre autres les poètes Anne Waldman (dont le recueil bilingue Fast speaking woman a paru en 2008 chez Maelstrom), John Kinsella, Gabriel Levin (dont je recommande le recueil Ostraca, paru en édition bilingue aux éditions Le bruit du Temps, traduction d’Emmanuel Moses) mais aussi Will Stone (dont le dernier recueil, Drawing in Ash, vient de paraître), Paul Stubbs (un poème intitulé The Last Signs of Science), ainsi que des traductions du macédonien (Nikola Madzirov) ou encore du birman (le poète Zawgyi). Ailleurs, Sandeep Parmar propose une critique éclairée et précise de deux recueils récents, Man of Glass de Tabish Khair (Harper Collins) et Kalagora de Siddhartha Bose (Penned in the Margins) – deux poètes que l’on pourra lire aussi dans le premier numéro de la revue The Black Herald. Le tout accompagné de toiles signées Bahram, dont le site vaut assurément de détour.

    Pour se procurer la revue

    http://www.wolfmagazine.co.uk/buy.php

     

    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Poésie, Revues 0 commentaire 0 commentaire
  • Lecture d'extraits

    de la revue de littérature THE BLACK HERALD, numéro 1

    lien direct http://www.calameo.com/read/0004709157335e99f2e97

    Pour se procurer la revue


    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie, Revues, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire
  • Regards croisés (à la Librairie MK2 Quai de Loire, Paris)

     

    Sans titre-1.jpg

    Pour découvrir le catalogue du Sonneur : http://www.editionsdusonneur.com/

    Pour découvrir celui de L'Oeil d'or : http://loeildor.free.fr/

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone 0 commentaire 0 commentaire
  • L’insurrection pour sauver le jeune hobereau Ernest...

    L_Affabulateur1.pngOu, plus précisément, sous son titre français L'Affabulateur de Jakob Wassermann, un roman traduit de l'allemand par Dina Regnier Sikiric et Nathalie Eberhardt et publié par La dernière goutte en octobre dernier.

    « Les mots se jetaient sur lui à tel point qu’il avait l’impression d’être sous une cascade l’empêchant de respirer. Toutes les choses entre ciel et terre étaient capturées en eux ; on pouvait les jeter dans le désordre comme les pions d’un jeu : chacun signifiait quelque chose, derrière chacun s’érigeait un événement. »

    Pour le découvrir, lire l'article d'Anne-Françoise Kavauvea et celui d'Eric Bonnargent.

    http://www.ladernieregoutte.fr

    Lien permanent Catégories : Lectures, Littérature étrangère 0 commentaire 0 commentaire
  • De la traduction

    On lira avec intérêt l'article stimulant de Sophie Képès intitulé Pour un traducteur, il n’est de bon auteur que mort. Elle y soulève avec intelligence et ouverture d'esprit nombre de questions, en se fondant entre autres sur sa propre expérience de traductrice du hongrois, et nous dit entre autres : « Au fond, il s’agit d’un perpétuel va-et-vient, d’une dialectique bien décrite par Jean-Pierre Carasso : " Traduire, c’est être capable de penser deux choses à la fois, mais souvent le traducteur est paralysé par la langue originale. Il est incapable non de s’en écarter, mais d’y revenir après être passé par la sienne ". (...) L’insatisfaction est la règle. L’une des plus belles formules que je connaisse, concernant cet acte de dévouement qui consiste à transférer une grande oeuvre d’une langue à une autre, vient de mon auteur hongrois préféré, Dezsö Kosztolányi : " Le traducteur crée du faux qui est du vrai. Traduire, c’est exécuter une danse pieds et poings liés "

    à découvrir ici : http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article307

     

    Par ailleurs, quelques sites / blogs dédiés à la traduction, liste non-exhaustive :

    Celui de Daniel Cunin, déjà évoqué plus bas, dont je recommande l'une des dernières traductions du néerlandais, Le Tant attendu d'Abdelkader Benali (Actes Sud, 2011).

    Littératures d'Extrême-Orient, textes et traduction, le blog des membres de la jeune équipe de recherche je2423 (université de Provence) et du traducteur Pierre Kaser, qui nous souhaite entre autres une bonne année du lièvre-lapin.

    Le blog d'Eric Boury, traducteur de l'islandais.

     

    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Sur le Web, Traduire 0 commentaire 0 commentaire
  • L'Apprenti d'Araluen, tome 6

    araluen6.jpgparu le 2 février 2011.

    L'Apprenti d'Araluen 6 - Le Siège de MacIndaw
    de John Flanagan (traduit de l'anglais, Australie, par B. Longre)
    Hachette Jeunesse, 2011

    on peut lire les premières pages en ligne :

    http://fr.calameo.com/read/000000046b36f0aec9461

    site de l'éditeur

    Vient aussi de paraître en poche (Livre de Poche jeunesse), le tome 3 de la série.


    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Littérature jeunesse, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • The Black Herald, quelques nouvelles

    2011-01-13 13.39.17.jpgMerci tout d'abord au Visage Vert qui propose ici une belle présentation de la revue, ainsi qu'à tous les lecteurs et à ceux qui ont transmis les informations, via leurs blogs, sites, etc. comme Ent'revues, Poezibao, DeBurenJos Roy ou Claude Chambard, sans parler des contributeurs à ce premier numéro.


    On peut se procurer le 1er numéro de la revue de diverses manières :

    Directement en ligne, via une connexion sécurisée (règlement via PayPal OU carte bancaire)

    Pour les règlements par chèque, il suffit de nous écrire (blackheraldpress@gmail.com)

    La revue est par ailleurs disponible dans quelques librairies : L'Ecume des pages, Atout Livre et Cambourakis à Paris / Passerelle à Dole / London Review Bookshop à Londres / Athenaeum à Amsterdam. (voir détails en ligne)

    Enfin, pour ceux qui s'interrogeraient sur le numéro 2 et surtout sur ce qu'on appelle en anglais le "submission process" / ou proposition de textes, des précisions ici

     


    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie, Revues, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire
  • Du nouveau, mais pas seulement

    60701724_p.jpgL'Anagnoste

    Un nouveau blog à suivre, animé par le duo Eric Bonnargent / Marc Villemain (alias Bartleby les yeux ouverts), suite à la fermeture du blog du premier (qui s'en expliquait ici).


    beek.jpgTraductions / Fictions / Dragons

    Le site d'Anne-Sylvie Salzman (Homassel), qui présente ses écrits, ses parutions ainsi que son travail de traductrice littéraire et d'éditrice au Visage vert (la revue et la maison du même nom) - et même quelques feuilletons.

     

     

    Tannhauser.jpgDe seuil en seuil

    Le blog de critique littéraire d'Anne-Françoise Kavauvea, qui s'intéresse entre autres éditeurs indépendants et à la vraie littérature.

     

     

    image.jpgA la dérive

    La revue "qui ne sait pas où elle va", projet artistique pluridisciplinaire mis en place par Alain Giorgetti. Le premier numéro à l'ébauche et le mode d'emploi.

     

     

     

    vampire.jpgLe Vampire Ré'actif

    Le blog littéraire et vagabond du site du Vampire Actif, maison d'édition associative à visiter ici.

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire
  • The Black Herald - numéro 1

    Le premier numéro de la revue de littérature THE BLACK HERALD paraît en janvier. Au sommaire, poésie, fiction, essais et traductions - en français et en anglais. 

    Issue #1 – January 2011 – Janvier 2011
    160×220 – 148 pages - 13.90 €
    ISBN 978-2-919582-02-0


    Le numéro est disponible en pré-commande

    (connexion sécurisée - PayPal ou Carte)

    couv-rectobis.jpg

     

    Texts by / Textes de : 

    Laurence Werner David

    John Taylor

    Valeria Melchioretto

    Tabish Khair

    Émile Verhaeren

    Will Stone

    Philippe Rahmy

    Rosemary Lloyd

    Osip Mandelstam

    Alistair Noon

    Onno Kosters

    Willem Groenewegen

    Sandeep Parmar

    Georges Rodenbach

    Andrew O’Donnell

    Khun San

    Sylvie Gracia

    Georg Trakl

    Anne-Sylvie Salzman

    James Byrne

    Claro

    Brian Evenson

    Siddhartha Bose

    Romain Verger

    Yahia Lababidi

    Sébastien Doubinsky

    José Mena Abrantes

    Cécile Lombard

    Darran Anderson

    Anne-Françoise Kavauvea

    Emil Cioran

    Nicolas Cavaillès

    Mark Wilson

    Zachary Bos

    Paul Stubbs

    Blandine Longre. 

    ImagesEmily Richardson • Romain Verger • Will Stone

    Design: Sandrine Duvillier

     

    Présentation à lire, sur le blog de Bartleby les yeux ouverts et sur celui du Visage Vert.

    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie, Revues 2 commentaires 2 commentaires
  • En lecture

    ForetsNoiresG.jpgForêts Noires, de Romain Verger (Quidam, 2010)

     http://www.rverger.com/foretsnoires.html

     

    A lire, un article de Bartleby Les Yeux Ouverts, un autre sur La Lettrine, ou encore dans Livres Hebdo.

     

    Un extrait ici.

     

     

     

     

    14121_106366879404495_100000935518931_43457_6878380_n.jpgLe répertoire des îles, vol. 1Textes d'Utralab™ et Anne Lille (Editions Burozoïque)

    http://www.burozoique.fr/

    "Obsédés depuis des années par ce motif d’un utopique monde bonzaï, les membres du groupe Ultralab™ puisent leur inspiration parmi les innombrables occurrences de l’île dans la culture mondiale, de L’Île au trésor de R. L. Stevenson à L’Île de la tentation de TF1 en passant bien sûr en tout premier lieu par l’Utopia de Thomas More, ou encore, parmi tant d’autres, celles de Jules Verne, Rodney Graham, Godfrey Sweven, Tetsuya Nomura, Joone, Grand Theft Auto, Alain Bublex, H. G. Wells,Christophe Izar, Namco, Christopher Priest, Shigeru Miyamoto ou encore Aldous Huxley… Moulinant à tout va les références issues de l’histoire des idées, de la littérature, de l’art ou encore du cinéma de série B et de la science-fiction, Le Répertoire des îles™ souhaite recenser de manière quasi scientifique toutes les possibilités d’îles et s’interroge ainsi sur notre actuelle capacité à restaurer la production des utopies, quitte même à prendre le risque de les voir proliférer et dériver dangereusement."

    khunsan.jpgTuer l'auteur, de Khun San (Les Joueurs d'Astres, 2010)

    http://www.rezobook.com/auteurs/khun-san

    « Alors que vous ôtez délicatement le papier du petit carré de chocolat que vous aviez conservé pour l’après café, une femme en solex dont le panier avant dévoile l’oblongue extrémité d’une baguette de pain s’enquille dans le bout de vos chaussures. Devant cette flaque de sang qui macule le nubuck beige de vos mocassins vous abandonnez le projet du chocolat et, après un mouvement d’humeur fugace, vous raccompagnez la femme chez elle, dans un appartement qu’elle partage avec une hollandaise exubérante. Dans les lieux vides à cette heure puisque l’expansive hollandaise jacasse en d’autres ailleurs, elle vous confie, au détour d’un splash d’eau boriquée, « j’ai un secret, je vais tuer un homme ». Vous ne voulez pas trop vous attarder, vous avez déjà assez de soucis avec vos propres meurtres sémantiques. »

     

    the-year-of-the-flood.jpgThe Year of the Flood, by Margaret Atwood (2009)

    http://www.yearoftheflood.com/

    "Beware of words. Be careful what you write. Leave no trails.
    This is what the Gardeners taught us, when I was a child among them. They told us to depend on memory, because nothing written down could be relied on. The Spirit travels from mouth to mouth, not from thing to thing: books could be burnt, paper crumble away, computers could be destroyed. Only the Spirit lives forever, and the Spirit isn’t a thing.
    As for writing, it was dangerous, said the Adams and the Eves, because your enemies could trace you through it, and hunt you down, and use your words to condemn you.
    But now that the Waterless Flood has swept over us, any writing I might do is safe enough, because those who would have used it against me are most likely dead. So I can write down anything I want."

     

    jtaylor.jpgThe Apocalypse Tapestries, by John Taylor
    (Xenos Books)

     

    http://www.xenosbooks.com/Apocalypse.htm

    Poems, prose poems and reflections, some inspired by memories of travels and everyday life, others by old tapestries of St. John writing the Book of Revelations.

    Un extrait en français (traduction de Françoise Daviet)

    http://temporel.fr/John-Taylor-v-f-poemes

    et en version originale : 

    http://temporel.fr/John-Taylor-v-o-poemes

     

    II. Digging for Martyrs

       The burning blisters on the palms of your hands.
    The sweat on your face.
    The ever-blunter 
    blade of your shovel.
    Your ever-wearier 
    thrust 
    into the rock-studded 
    clay.

       Now and then, bones. 
    A broken skull.
    A trinket. 
    A talisman.

       But none of these relics

     

    is of yourself.

     

     

    Lien permanent Catégories : Lectures, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie 0 commentaire 0 commentaire
  • A paraître, The Black Herald

    The Black Herald

    Literary magazine – Revue de littérature

    Issue #1 - January 2011 – Janvier 2011
    160×220 – 160 pages
    13.90 €/ £11.99 / $ 19.50
    ISBN 978-2-919582-02-0

    Poetry, short fiction, essays, translations.
    Poésie, fiction courte, essais, traductions.

    http://blackheraldpress.wordpress.com/magazine/

     

    cover1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    © Emily Richardson 2008 (Still from the film Cobra Mist)

     Comité de Rédaction : Paul Stubbs et Blandine Longre

    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie, Revues, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • Immortels

    immortels.jpgà paraître le 5 janvier 2011

    Immortels de Cate Tiernan
    Tome 1
    traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Blandine Longre
    Hachette, Black Moon, 2011 

    Les premières pages à lire en ligne 

    http://www.lecture-academy.com/

    http://catetiernan.org/

    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Littérature jeunesse, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • Palpitant roman-feuilleton...

    dcunin.jpg...à propos du poème The Unseen, de Sarah Teasdale, et de ses nombreuses traductions / adaptations / transpositions... à découvrir en détail sur l'excellent blog de Daniel Cunin, traducteur du néerlandais – blog consacré aux Flandres et aux Pays-Bas à travers leurs écrivains.

    http://flandres-hollande.hautetfort.com/

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Poésie, Sur le Web, Traduire 0 commentaire 0 commentaire
  • Vert Visage, le 17e

    livre_l_559.jpgOn l'attend avec impatience, il arrive le 14 octobre : le 17e numéro de la revue Le Visage Vert. Une présentation en ligne sur le site des éditions Zulma et davantage d'informations sur le blog de la revue

    A noter, une présentation de ce numéro et des projets éditoriaux de l'équipe aura lieu le vendredi 15 octobre à la librairie Atout-Livre (203 bis avenue Daumesnil, Paris XIIe) à partir de 19h30.

    "De l'Autriche au Chili, de l'étude des mythes à la poétique des forêts, des esprits élémentaires aux étranges débordements de la nature, le Visage Vert confirme son statut unique de révélateur et d'explorateur du fantastique."

    Le Tumblr du Visage Vert

    Le Visage Vert sur Facebook

    Les ouvrages du Visage Vert éditeur.

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone, Revues 2 commentaires 2 commentaires
  • Black Herald Press, tous les liens utiles

    urizen.G.P5.detail.jpgLe site

    blackheraldpress.wordpress.com/

    Pour commander les ouvrages

    blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

    Le blog

    blackheraldpress.tumblr.com/

    La page sur Facebook

    Les éditeurs préparent activement la revue à venir, brièvement présentée ici :

    http://blackheraldpress.wordpress.com/magazine/

    My HipstaPrint 0.jpg

    (merci à Romain Verger pour cette photo)

    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Littérature étrangère, Poésie, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire
  • Apaiser la poussière, de Tabish Khair

    Tabish-1re.jpgApaiser la poussière de Tabish Khair

    traduit de l’anglais (Inde) par Blandine Longre

    (avec le concours du CNL)

    224 pages, ISBN : 978-2-916136-29-5

    Les Éditions du Sonneur, parution : octobre 2010

     

    Mangal Singh, écrivain raté, chauffeur d’autocar sur la ligne Gaya-Phansa, deux villes de l’État indien du Bihar, ressasse son amertume et observe les passagers embarqués ce jour-là. Parmi eux, Fadarah l’eunuque, qui aspire à une nouvelle existence, un homme d’affaires angoissé, une matriarche hindoue convaincue de sa supériorité sociale, un jeune garçon qui rentre dans son village après avoir commis le pire... Des individus loin de leur chez-soi, issus de cultures et de milieux très différents, dont les itinéraires enchevêtrés le temps d’un voyage n’échappent pas non plus à l’attention de Shankar, le contrôleur, qui veille sur eux à sa manière. Sur un chemin parallèle, un autre homme se remémore l’enfance et l’adolescence, évoquant son désir pour la servante Zeenat, ses souvenirs du cuisinier Wazir Mian ainsi que les espaces réels et imaginaires qui l’ont modelé. Le long de routes poussiéreuses, les pensées de chacun défilent, le flux de la conscience se délite parfois, et nul n’imagine encore l’événement qui obligera l’autocar à s’arrêter en chemin, un peu plus longtemps que prévu…

     

    busstopped.jpgL’AUTEUR

    Poète, romancier, journaliste, critique littéraire, Tabish Khair est professeur de littérature à l’université d’Aarhus, au Danemark. Né à Gaya, dans le Bihar en 1966, il a publié son premier recueil de poèmes, Where Parallel Lines Meet, en 2000 chez Penguin. Apaiser la poussière (The Bus Stopped) publié par Picador en 2004, est son premier roman. Il fut sélectionné pour le Encore Award, prix décerné par la Société britannique des Auteurs. Le deuxième, intitulé Filming: A Love Story, a paru chez le même éditeur en 2007. Harper Collins a publié en juin 2010 son nouveau recueil de poèmes, Man of Glass, ainsi que son troisième roman, The Thing about Thugs, qui se situe dans le Londres victorien. Il collabore régulièrement à divers journaux et magazines britanniques, américains, indiens, danois… tels The Guardian, Outlook India, Times of India, The Independent, The Wall Street Journal, etc.

     

    Les Éditions du Sonneur
    5, rue Saint-Romain
    75006 Paris

    www.editionsdusonneur.com

    http://www.tabishkhair.co.uk/

     

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Traductions & publications 2 commentaires 2 commentaires
  • Entretien sur le blog du magazine 3:AM : Paul Stubbs, à propos de Black Herald Press

    paul1.jpg

    Paul Stubbs, co-editor of Black Herald Press, is interviewed by Darran Anderson on 3:AM Magazine's Buzzwords blog (21/09/2010)

     

    1) Where did the idea for Black Herald Press originate and what is the significance of the name?

    To begin with, we had the idea to self-publish two of our own works, to be for once in full control of our own editing and production. But then while in this process and through speaking with friends who have their own publishing houses here in Paris, we decided to push the project further by publishing our own literary magazine and also future individual works of originality that we feel attracted to; hence the birth of Black Herald Press.

    The title of the press is significant only in that it is taken from Los Heraldos Negros / Black Heralds, the first collection by the Peruvian poet César Vallejo, an important figure and influence. Beyond that, the word ‘Herald’ suggests a birth and/or declaration of something new and formidable that is close to announcement. Also we wanted a name that very few people would forget, and this seemed perfect.

     

    2) The emphasis of Black Herald, your own poetry and the writing of your Black Herald co-editor, the poet, writer and translator Blandine Longre, tends to focus on, for want of a better less-reductive term, “visionary” poetry (your website bears a masthead by William Blake which is a hint). It’s a tradition that’s been largely buried in Britain but embraced in Europe, do you see Black Herald as being part of this lineage? And, if so, who would you see as being influences?

    The title came first then, by chance, the Blake image, but we knew at once that when put side by side they possessed a powerful and symbiotic connection. I am not sure a ‘tradition’ of anything you could call visionary poetry has ever really existed in England, though of course there were and still are poets (outside of any movement or school) who could be described as possessing the faculties of a visionary power. At The Black Herald, the only ‘lineage’ we really want to pursue and be a part of is poetry that pushes the boundaries of what language can and cannot do... 

     

    READ MORE :

    http://www.3ammagazine.com/3am/five-for-black-herald-press-paul-stubbs/ 


    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Edition, Littérature étrangère, Poésie 0 commentaire 0 commentaire
  • Ink Exchange / Ne jamais te croire

    InkExhange.jpgNe Jamais te croire
    de Melissa Marr
    traduit de l'anglais par Blandine Longre
    Albin Michel, Wiz, septembre 2010

    à découvrir ici :

    http://www.wiz.fr/wiz-girl/ne-jamais-te-croire-91905.html

    et là 

    http://www.melissa-marr.com/_ink_exchange/ink_exchange.html

    Lire l'article de Clarabel

    http://blogclarabel.canalblog.com/archives/2010/09/22/19129266.html

    Voir le tome 1 :

    http://blongre.hautetfort.com/archive/2009/12/24/wicked-lovely.html

    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Littérature jeunesse, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • A paraître, Ex Nihilo / Clarities

     

    exnihilo.jpg

    Ex Nihilo, by Paul Stubbs

    Black Herald Press, 2010

    120x160 - 48 pages - 8 euros

    ISBN  978-2-919582-01-3

     

    clarities.jpg

     

    Clarities, by Blandine Longre

    Black Herald Press, 2010

     120x160 - 48 pages - 8 euros

     ISBN  978-2-919582-00-6


     

     

    Order the books/ Commander les ouvrages

    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Edition, Littérature étrangère, Poésie, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • Black Herald Press

    blakeblkwh.jpgC'est nouveau et c'est ici

    http://blackheraldpress.wordpress.com/

    Et le Visage Vert (dont le numéro 17 paraîtra le 7 octobre 2010 aux éditions Zulma) vous dit tout là

    http://www.zulma.fr/visagevert/?p=209

    Lien permanent Catégories : Black Herald Press, Edition, Littérature étrangère, Poésie, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • Quand les rois étaient des reines

    nabilnaoum5.jpgMoi, Toutankhamon, reine d’Egypte
    De Nabil Naoum
    traduit de l'arabe (Egypte) par Luc Barbulesco
    (Actes Sud, 2005)


    "Le roman n'examine pas la réalité mais l'existence (...) le champ des possibilités humaines." - Milan Kundera, L'Art du roman



    Le titre de ce saisissant roman offre déjà quelques clefs sur l’univers intimiste dans lequel le lecteur pénètre prudemment pour bientôt se trouver happé par le récit de la narratrice éponyme, personnage par essence hybride, inspirant d'abord une crainte mêlée d'admiration ; car (qui oserait en douter ?) c’est l’authentique Toutankhamon qui nous parle, et son récit obsédant a traversé les siècles après qu’elle l’a livré aux murs de sa prison : il est parvenu jusqu’à nous par le biais de la prose tour à tour audacieuse ou lyrique de Nabil Naoum.

    Le roman, certes ancré dans l’histoire de l’Égypte ancienne (dont on sait en réalité peu de choses, hormis ce que les tombeaux ont livré), retrace un destin invérifiable, que nulle source ne pourra venir confirmer ou infirmer – mais, à défaut d’être véridique, tout y est hautement vraisemblable, le romancier ayant déployé son imagination, en toute liberté, pour pallier les incertitudes de l’histoire. Il réinvente Tout, fille d’Amenothep et sœur d’Akhenaton (le roi rebelle qui remit en vogue le dieu Aton au détriment d’Amon), élevée comme un garçon, installée sur le trône à neuf ans ; pour se voir, à dix-huit ans, brutalement écartée de ce rôle masculin, créé de toutes pièces par sa mère et le grand vizir. Après avoir été le dieu vivant, sur lequel nul mortel ne peut poser le regard à moins d’y être autorisé, Tout-Nefret, enceinte de plusieurs mois, est jetée dans une fosse obscure tandis qu’un jeune prêtre est sacrifié pour servir de dépouille royale ; car un « roi » ne peut concevoir et encore moins enfanter, et devient gênant quand il s’obstine à vouloir mener une grossesse à terme…

    Dans sa dernière demeure, la jeune femme relate l’histoire de sa brève existence sur le point de s’achever par le poison – se confiant à des interlocuteurs invisibles ou absents, sa fidèle servante Senou (est-elle présente ?) ou son amant, Horemheb, celui qui l’aurait trahie.

    On trouve là des lamentations, il est vrai, mais étayées de souvenirs entrelacés, permettant à Tout de revivre tous les instants remémorés avant de mourir ; elle revient sans relâche sur son amour et sa haine mêlés, dirigés contre Horemheb, le chef des armées, celui qui l’a ouverte au plaisir des sens pour mieux la tromper ensuite, celui qui fut l’un des seuls à deviner que sous le costume du roi, se cachait une toute jeune fille.

    Le récit progresse par circonvolutions, retours et brusques avancées, par digressions temporelles, d’un souvenir à l’autre, au fil des sentiments souvent contradictoires éprouvés par la jeune Tout-Nefret (du désespoir à l’exaltation, de la fierté à la générosité, de l’abnégation de soi à la honte, etc.) – un mouvement de la pensée débarrassé de toute chronologie, qui se déploie au rythme des paradoxes d’un esprit subtil qui atteint peu à peu des vérités essentielles, et apprend à rejeter ce qui n’est qu’illusion – le pouvoir, les richesses et la vénalité de ceux qui ont pu commettre l'ultime trahison. Seule compte maintenant la vie nouvelle qu’elle abrite en elle (et pourtant condamnée). Le personnage grandit et s’affirme, et si elle s’écarte ainsi des lamentations et d’Horemheb, faisant preuve vis-à-vis de lui d’un cynisme montant, c'est bien grâce à ses multiples réminiscences : l’analyse du passé l’incite à dresser un bilan détaché de cette liaison secrète : « Comme les voies du souvenir sont curieuses… toutes les fois où je m’y suis enfoncée, j’ai découvert qu’elles étaient peuplées de mille détails, comme un rêve… Comme si le passé était plus clair que le présent… », confie-t-elle, comprenant que ces retours en arrière lui ont permis de se faire l’observatrice lucide et a posteriori d’événements sur lesquels elle n’avait aucune prise par le passé.

    Moi, Toutankhamon, reine d’Egypte est surtout un hymne à la féminité qui revendique son droit au plaisir charnel et au pouvoir, refuse la domination masculine et le paternalisme brutal des hommes ; un récit parcouru de révélations existentielles et de judicieux commentaires (évidemment très contemporains) sur les relations entre les sexes, la place réelle des femmes dans la société (en définitive, bien peu nous sépare de l'Égypte ancienne), et sur les faiblesses et les paradoxes de la tyrannie et de la virilité masculines : « j’ai compris à quel point tu craignais la mort. La violence est l’expression de la crainte, comme la cruauté. », constate la reine, s’adressant à Horemheb l’absent ; ou encore : «les hommes ne connaîtront pas la vérité de l’amour tant qu’ils ne seront pas libérés de leur crainte de notre supériorité. » Des traits de caractère qu’elle retrouvait chez le « frère » tant admiré, Akhenaton, si prompt à libérer les femmes et à les protéger, contrairement aux autres hommes... Cette exaltante réécriture de l’histoire (qui n’est pas sans rappeler l'épique roman de David Haziot, Elles) sert la cause des femmes et prône une égalité nécessaire, montrant combien l’histoire, la « grande », peut se faire mensongère quand elle est écrite par des hommes : « les chroniques des règnes sont pleines d’hypocrisie et de mensonges », affirme la narratrice, sachant qu’ils « graveront sur la pierre le récit des victoires illusoires que je n’ai pas remportées. » Les traces laissées par l’histoire seraient-elle donc semblables au verbiage fleuri d’Horemheb, amant volage tentant de se disculper de ses multiples absences ? Au contraire, seules la poésie (l’une des passions de Tout) et la littérature libéreraient la vérité du joug masculin et lui redonneraient la place qui lui revient. C’est donc le langage, libérateur, qui conduit Tout-Nefret à se révolter contre les manipulations passées et à entrer en subversion (contre l’ordre établi, les carcans religieux, moraux, politiques, etc.), délaissant pour un temps son désespoir (qui lui a toutefois fait prendre conscience que « Tout va à son extinction. ») ; en se souvenant de sa liaison avec un autre homme, Ta’ou, elle analyse désormais finement pourquoi les autres ont pu voir en elle un danger: « il [Ta’ou ] voyait en moi cette aspiration à me libérer de toute servitude (…) le pouvoir de s’émanciper de l’emprisonnement de l’idée d’éternité, imposée par tous les rites minutieux du culte et de l’embaumement. » ; et plus loin, elle lègue à sa fille (et à travers elle, à toutes les filles à venir au monde), ce message d’exultation : elle « reviendra à la vie dans le ventre d’une autre femme , et elle se verra alors en possession de toute la terre. »

    Nabil Naoum ne se targue pas d’être historien, mais paradoxalement, Moi, Toutankhamon, reine d’Égypte dépasse sans mal ces ouvrages pseudo-historico-romanesques faciles et rébarbatifs sur l'Égypte ancienne, auxquels le public s'est malheureusement habitué. Cet ouvrage unique appartient plutôt à la catégorie des grandes œuvres entêtantes et atemporelles, où l’acte langagier, dans son urgence, participe à un mouvement libérateur, où chaque mot s'impose au lecteur et participe d'un cheminement humain irremplaçable.

    B. Longre (sept. 2005)

    http://www.actes-sud.fr/index.htm


    Lien permanent Catégories : Critiques, Littérature étrangère 1 commentaire 1 commentaire
  • Lecture d'été - 3

    davereidy.gifAudience Captive
    de Dave Reidy
    traduit de l'anglais par Nathalie Peronny
    Zanzibar, septembre 2010

    "REM, Nirvana et Francis Ford Coppola sont quelques-unes des « guest stars » qui apparaissent au fil de ces huit nouvelles, à l'image des vedettes de cinéma dans les séries télévisées. C'est que l'expérience de la performance, de l'exposition au public, de la scène (de la salle de patronage au stade de foot) est ce qui réunit tous les protagonistes de Reidy et lui fournit son fil conducteur. Mais on aurait tort de ne voir à travers ces portraits musicaux qu'un rituel de fan ou un traité pour amateurs de disques vinyl. Au contraire, au travers de l'initiation musicale, c'est tout l'apprentissage des adolescents au monde des adultes qui se joue. Comment faire coïncider une dévorante passion de jeunesse à la réalité d'une vie formatée d'avance, c'est ce défi que relève Audience captive, dans une écriture claire, élégante et inventive. Le High-Fidelity du début du siècle."

    http://zanzibar-editions.com

    http://www.davereidy.com/index.html

    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère 0 commentaire 0 commentaire
  • Lecture d'été - 2

    cette-guepe-me-regarde-de-travers.jpgCette guêpe me regarde de travers
    Poèmes en deux langues d’Oscar Mandel
    Éditions Bruno Doucey, Collection L’autre langue, 2010

    Oscar Mandel, né en Belgique en 1926, partage son temps entre Los Angeles et Paris et écrit librement en deux langues. Voilà pourquoi les poèmes en français en regard de chacun des poèmes en anglais (et vice-versa) ne sont nullement des traductions mais des variations qui « ne font que happer le moment », précise l’auteur, pour qui « chaque poème se veut molécule libre, et libre de se cogner contre une autre ». Au lecteur de tracer son chemin, donc, dans ce recueil dont la facétie n’est souvent qu’un leurre permettant de désamorcer temporairement des pensées intenses et des questionnements lucides, sans concession, comme dans le poème intitulé « Do not place your trust in babies » (« Méfie-toi des bébés ») :

    Do not place your trust in babies:

    Himmler was one.


    Ami, méfie-toi des bébés.

    Himmler en fut un.


    http://www.editions-brunodoucey.com/

    http://oscarmandel.com/

    Lien permanent Catégories : Critiques, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie, Traduire 0 commentaire 0 commentaire
  • Lecture d'été - 1

    arton319.jpgExposé des faits

    de Vanessa Place

    Traduit de l’anglais par Nathalie Peronny

    Parution août 2010

    Éditions è®e, Collection Littérature étrangè®e

     

    Exposé des faits est un texte dont le mode de visionnage s’apparente à 10e chambre, instants d’audience de Raymond Depardon ; soit un docutexte en prise avec le réel au sein duquel les cas sont simplement présentés sans ajout de commentaire. La langue de la transcription judiciaire se veut neutre et objective mais ne peut échapper à la subjectivité de ses acteurs. Face à la recrudescence des séries policières, des émissions de reconstitutions, des dossiers et autres enquêtes, Vanessa Place s’empare des matériaux issus de son quotidien d’avocate et annule les effets de suspense et autres accessoirisations émotionnelles des faits. C’est au lecteur de prendre en charge la spectacularisation de la trame fictionnelle.

    http://www.editions-ere.net/

    Vanessa Place : http://www.editions-ere.net/auteur82


    Lien permanent Catégories : Critiques, Essais & non-fiction, Littérature étrangère 0 commentaire 0 commentaire
  • Paul Stubbs, reading The Birth of The Third Reich

    The Birth of the Third Reich
    After "Triptych 1976" by Francis Bacon
    (for Blandine)

    http://paulstubbspoet.wordpress.com

    (published in The Wolf, the magazine for new poetry, London / New York, issue 23, June 2010).

    wolf23.jpgTous les numéros de The Wolf, magazine édité par James Byrne, publié trois fois par an, sont disponibles à Paris chez Shakespeare & Co (37 rue de la Bûcherie) ou bien peuvent être commandés en ligne.

    Le dernier numéro contient plusieurs reproductions des travaux du peintre Scott Anderson, dont on peut admirer quelques-unes des toiles sur son site.



    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Poésie, Revues, Sur le Web 1 commentaire 1 commentaire
  • LE ZAPOROGUE #8

    zp8.jpgNouveau numéro de la revue littéraire et artistique le Zaporogue.

    New issue of the free-to-download literary and artistic mag, Le Zaporogue.

    Téléchargement gratuit

    ou commande de l'ouvrage papier.

    On pourra y lire, entre autres, quelques-uns de mes poèmes, d'autres de Paul Stubbs, une nouvelle d'Anne-Sylvie Salzman, La brèche, illustrée par Bobo + Bobi, une autre de Jerry Wilson (dont on recommande le recueil paru récemment chez Zanzibar, Park Avenue) d'autres poèmes de Sébastien Doubinsky, de Yahia Lababidi, de Kris Saknussemm, ou encore des nouvelles de Sabine Wyckaert.

    Avec / with :

    Yahia Lababidi

    Frieda Marie Gade

    Sabine Wyckaert

    Marlène Tissot

    Casper Mack

    Gary Cummiskey

    Crescent Varrone

    Sébastien Doubinsky

    Stephen Weeks

    Anne-Sylvie Salzman

    Bobi+Bobi

    Paul Stubbs

    Christian Bonde Korsgaard

    Blandine Longre

    Matthew Bialer

    Kris Saknussemm

    Jerry Wilson

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone, Poésie, Sur le Web, Traductions & publications 0 commentaire 0 commentaire
  • En lecture, le Littré...

    littre.jpgComment j'ai fait mon dictionnaire, Émile Littré
    Les Editions du Sonneur, La Petite Collection
    Paru le 21 mai 2010

    "En 1841, l’éditeur Louis Hachette confie à Émile Littré (1801-1881) la rédaction d’un dictionnaire de la langue française, dont le dernier volume est imprimé en 1872. Dans l’intervalle, plus de 400 000 pages écrites, d’innombrables heures d’obstination, la succession de multiples collaborateurs – lexicographes, correcteurs, typographes,  imprimeurs… –, sans compter la guerre franco-prussienne et la Commune. Comment j’ai fait mon dictionnaire n’est pas l’ode d’Émile Littré à sa propre gloire, mais le récit d’un travail titanesque, semé d’embûches, traversé de doutes, le témoignage d’un temps où un dictionnaire se rédigeait sur des petits bouts de papier qui, assemblés, ont fini par constituer l’immense œuvre que l’on sait."

    http://www.editionsdusonneur.com

    feuilleter un extrait de l'ouvrage

    Lire l'article de Jean-Pierre Longre

    http://jplongre.hautetfort.com/archive/2010/07/28/le-labeur-du-lexicographe.html

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone 0 commentaire 0 commentaire
  • Poèmes pour le temps présent

    ferling.jpgBlind Poet / Poète aveugle
    De Lawrence Ferlinghetti
    édition bilingue, traduction de l'anglais par Marianne Costa
    Maelström & Le Veilleur, 2004

    Dernier poète vivant de la Beat Generation, Lawrence Ferlinghetti demeure prolifique, en témoignent ces poèmes publiés en 2004 par Maelström (éditeur "belge de littérature" - et non l'inverse) qui nous offre là un excellent recueil, entièrement bilingue, pour le plus grand plaisir du lecteur - qui s'intéressera ainsi au travail précis de la poétesse Marianne Costa, traductrice de l'ensemble ; une publication en français qui réjouit l'auteur "après un hiatus de près de trente ans, pendant lequel les lecteurs ont été privés de mon travail traduit dans la belle langue française."

    Composés après 9/11 et regroupés sous le titre Touriste des Révolutions (Prendre la parole après le 11/9) / A Tourist of Revolutions (Speaking Out after 9/11), ces poèmes sont ancrés dans une réalité géopolitique et sociale qui nous est familière : complaintes, accusations, et constat des "troubles" engendrés par la volonté d'omnipotence d'un gouvernement américain dont les actes impérialistes ne cessent de choquer les consciences ; et la plume du poète de dénoncer la déliquescence des libertés, d'interroger sans répit le nouveau visage du monde et d'éclairer nos esprits de vers libres lumineux, en un mixe de désillusion et de sagesse acquise au fil de l'Histoire ; des textes lucides qui, tout en délivrant un message complexe, sont volontairement explicites :

    "Et une vaste paranoïa déferle sur le pays
    Et l'Amérique transforme l'attentat contre ses Tours Jumelles
    En début de Troisième Guerre mondiale
    La Guerre contre le Tiers-Monde"

    (Speak Out)

    On regrettera que le français perde au passage le sens double du terme "Third" car le poète parle davantage de la guerre au "Third World" (Le Tiers-Monde) que de la "Troisième". Il reste que les positions politiques et humaines de Ferlinghetti, à travers ces quelques lignes, sont déjà circonscrites : sans jamais encourager le terrorisme, il revendique un droit à la parole, pour lui et pour ses concitoyens (la "Majorité silencieuse"), ou encore pour la marge, "ces freaks et ces libres penseurs / Poètes aux yeux fous Philosophes de l'asphalte (...) / Exilés dans leur propre pays !", incitant (non pas en moralisant, mais seulement par le biais de sa vision individuelle) les uns et les autres à enfin mêler leurs voix. La passion véhémente que le poète met dans ses vers ne lui fait nullement perdre sa lucidité politique et sa posture rationaliste, car c'est autant au coeur qu'à la raison qu'il choisit de s'adresser ("Pour chaque bombe qu'on largue / surgissent mille Ben Laden / Mille terroristes.") Les images sont parfois empruntées aux temps anciens, pour renforcer l'idée que c'est du désordre des esprits de la minorité - les gouvernants - que naissent les désordre du monde actuel, reprenant là une idée chère à Shakespeare, celle du chaos qu'un microcosme peut transmettre au macrocosme : "Ils ont transformé la Maison Blanche / en Cheval Blanc / leur Cheval de Troie / plein de soldats civils / avec des armes de destruction nocive / un mot nouveau pour leur cerveau / ou (...) leur personnalité pathologique."

    Mais les attaques directes contre Bush et ses sbires (les "nouveaux proto-fascistes de la Maison Blanche") s'accompagnent d'une désespérance palpable, plus particulièrement visible dans le poème "Démocratie Totalitaire/Totalitarian Democracy", lente et ambivalente énumération nominale retraçant dans le désordre l'histoire du monde (l'ancien et le nouveau), inventaire implacable, de "La première aube exquise de la vie sur terre" à "La dernière lamentation pour la démocratie perdue" ; un poème qui fait écho à une autre litanie ("J'attends / I am waiting") qui laisse, cette fois, une toute petite place à un espoir - certes teinté de cynisme : "J'attends avec bonheur / que les choses empirent beaucoup / avant de s'arranger."  Un poème où Ferlinghetti s'interroge aussi sur la fonction du poète tout en rendant un hommage discret à John Keats (Ode on a Grecian Urn) et, en remontant plus loin dans le temps, à John Donne (The Canonization) - dont la sarcastique et paradoxale lucidité valait bien, sur un tout autre terrain, celle du poète Américain - écho que l'on retrouve dans ces quelques vers :

    "J'attends d'écrire
    le grand poème indélébile
    (...) 
    et à perpétuité j'attends
    que les amants fuyant sur l'urne grecque
    se rattrapent enfin
    et s'enlacent."

    Mais c'est dans le poème intitulé "A Tourist of Revolutions" que l'auteur s'interroge plus ouvertement encore sur l'authenticité de son engagement passé (en particulier à Cuba) et sur sa postérité - pour lui compromise... Il est permis d'en douter quand on lit d'autres textes encore, des poèmes où la vision géopolitique d'un monde en perdition s'élargit et s'attache à décrire ce qui déjà fait notre quotidien ; par exemple à travers un dialogue entre un père et un fils ("It's Us Stupid / C'est nous, Idiot") qui prend la forme d'un cruel jeu de questions-réponses dévoilant l'absurde farce que nous nous jouons, malgré nous, et qui retrace les dysfonctionnements actuels (pollution et environnement, pauvreté matérielle et affective, outrances de la société de consommation, situation du tiers-monde, surpopulation - thème qu'il développe aussi dans le très ironique "Le blues de la ponte"). L'ensemble s'achève sur un habile et réjouissant détournement du Lord's Prayer (Notre Père), dans lequel on lit la détermination subversive du poète ("Our Father whose art's in Heaven / Hollow be thy name / Notre Père qui crées aux Cieux / que ton nom soit démystifié"), refus flagrant d'une instance supérieure, sur laquelle les humains n'auraient pas prise, pour finir sur un cinglant "Ah, Man !"- qui, hormis son insolence salutaire, replace d'emblée l'humain au centre du monde.

    Pilier de la contre-culture

    La dissidence active et courageuse de Lawrence Ferlinghetti résonne comme une évidence à travers ses textes ; la lecture de cette plume impatiente, pressée, osant dire sans feintes ce que la "majorité silencieuse" ne veut/peut/sait exprimer, qui a traversé le XXe siècle et perdure aujourd'hui, se vit comme une expérience unique et marquante. Davantage encore si l'on sait que le poète est aussi peintre, romancier, éditeur et traducteur (de Prévert ou de Pasolini...) ; une personnalité au centre de la Renaissance littéraire de San Francisco - et ce depuis les années 1950, quand il fonde, avec Peter Martin, City Lights, la désormais célèbre librairie indépendante de San Francisco. La librairie, qui vend du "paperback" (livre de poche) de qualité, s'est agrandie au fil des décennies, mais dès 1955, le poète décide d'étendre son champ action en montant, en parallèle, une maison d'édition (City Lights Publishers) ouverte aux littératures alternatives, aux idées progressistes et aux poètes dissidents (dont Georges Bataille et Charles Bukowski).

    Touriste des Révolutions est suivi d'autres textes choisis par Ferlinghetti lui-même, dont Allen, un émouvant hommage à Ginsberg (dont le célèbre Howl paraît en 1956, dans la première collection de la toute récente maison d'édition City Lights) et un ensemble de poèmes intitulé Comment peindre la lumière (plus précisément "Sunlight"), qui reflète les préoccupations du Ferlinghetti peintre et où l'esthétisme prend le pas sur le politique. Une poésie visuelle, dédiée au dieu soleil et pétrie d'ombres et de lumières, et qui, en mêlant poésie et art pictural, langage et vision dans une étonnante synesthésie (on pense entre autres à e.e. cummings), illustre pleinement la puissance d'évocation du verbe.

    Une autre partie, Migrations Surréelles / Surreal Migrations (1999), fait la part belle à une poésie cosmique, inspirée par l'antiquité et par des croyances disparues : une géographie liquide de l'esprit qui épouse les flux des pensées ("Surreal Migrations II") ; et sans s'éloigner des préoccupations politiques que l'on trouve dans Touriste des Révolutions ("Venus de Milo sur une demi-coquille / Statues de la Liberté à Las Vegas (...) Et inondés de baratin / des millions de gens salivent / sous les panneaux"), le poète offre des vers qui dévoilent son rapport au monde avec, au premier plan, l'omniprésence des éléments naturels et un retour nostalgique sur sa jeunesse révolue de bohémien éclairé. Un groupement de textes plus optimistes, qui s'achève sur une autre prière, cette fois adressée "À l'oracle de Delphes ("To the Oracle at Delphi") :

    lawrenceferl.jpg"Sors enfin de ta grotte
    Et parle-nous par la voix du poète
    La voix de la quatrième personne au singulier 
    (...)
    Et donne-nous de nouveaux rêves à rêver
    de nouveaux mythes à vivre !"

    Tant que les poètes parleront ainsi, tant qu'ils refuseront la facilité de l'aveuglement, nous les écouterons.

    (B. Longre, juillet 2005)

    http://www.maelstromeditions.com/

    http://www.citylights.com/CLlf.html

    Chez le même éditeur, a paru en traduction (par Marianne Costa) A Coney Island of the Mind et autre poèmes ; ce recueil initialement publié en juin 1958 par City Lights, a été réédité dans un beau format en 2008 (avec un CD) pour fêter son cinquantième anniversaire.

    Lien permanent Catégories : Critiques, Littérature étrangère, Poésie 0 commentaire 0 commentaire
  • En librairie, Quien es ?

    quien es.jpg"Les mots solitaires ont du mal à survivre, à exister – ils sont comme des oisillons tombés du nid, ils peuvent mourir à chaque instant, mais si on prend le temps de les recueillir et de bien s'en occuper, alors ils peuvent prendre une taille et une force terrible."

    Quién es ? de Sébastien Doubinsky (Joelle Losfeld, 2010) est un roman(-récit-monologue intérieur, stream of consciousness garanti) incontournable et parfaitement inclassable (d'où son intérêt générique et littéraire, entre autres), où il est question d'un certain Billy The Kid, d'un mythe habilement revisité, humanisé, et surtout de la puissance du verbe et de son contraire.

    Certains en parlent déjà très bien, et plus longuement (lire les articles de Claro de Bartleby et d'Anne-Françoise Kavauvea) et un peu moins bien ici.

    On en apprendra davantage sur Sébastien Doubinsky en allant lire l'entretien du Fric Frac Club.

    http://www.joellelosfeld.com/ouvrage-A78782-quien_es_.html

    Sébastien Doubinsky est aussi l'auteur, entre autres, de The Babylonian Trilogy (PS Publishing, 2009) et d'un recueil de poèmes, Tableaux Noirs (dessins de Christian Martinache, Le Grand Tamanoir, 2010), "34 tableaux en hommage à un couleur qui les efface toutes."

     

    Lien permanent Catégories : Littérature étrangère, Littérature francophone, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire