05/04/2014

De suc & d'espoir - Jos Roy

à paraître le 25 avril

DE SUC & D’ESPOIR
JOS ROY
Poèmes choisis
recueil bilingue

With Sap & Hope
Selected Poems
Translated from the French by Blandine Longre with Paul Stubbs
bilingual collection

Black Herald Press, 2014
54 pages - 10 € / £8 / $14 / ISBN  978-2-919582-08-2

Pour en savoir plus
http://blackheraldpress.wordpress.com/books/de-suc-despoi...

pour commander l'ouvrage
http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

 

black herald press,de suc & d'espoir,jos roy,poésie,blandine longre,paul stubbs, poetry, translation, traduction

 

31/03/2014

"J'ai atteint le centre."

Marguerite Yourcenar, feux, lecture

"Je ne tomberai pas. J'ai atteint le centre. J'écoute le battement d'on ne sait quelle divine horloge à travers la mince cloison charnelle de la vie pleine de sang, de tressaillements et de souffles. Je suis près du noyau mystérieux des choses comme la nuit on est quelquefois près d'un coeur."

Marguerite Yourcenar, Feux (Gallimard, 1974)

 

*

Feux est une suite de nouvelles, de proses lyriques, presque de poèmes, inspirés par une certaine notion de l'amour. Alternant avec des notes sur la passion amoureuse, on y trouve les histoires de Phèdre, d'Achille, de Patrocle, d'Antigone, de Léna, de Marie-Madeleine, de Phédon, de Clytemnestre, de Sappho.

« Dans Feux, où je croyais ne faire que glorifier un amour très concret, ou peut-être exorciser celui-ci, écrit l'auteur, l'idolâtrie de l'être aimé s'associe très visiblement à des passions plus abstraites, mais non moins intenses, qui prévalent parfois sur l'obsession sentimentale et charnelle : dans Antigone ou Le choix, le choix d'Antigone est la justice ; dans Phédon ou Le vertige, le vertige est celui de la connaissance ; dans Marie-Madeleine ou Le salut, le salut est Dieu. Il n'y a pas là sublimation, comme le veut une formule décidément malheureuse et insultante pour la chair elle-même, mais perception obscure que l'amour pour une personne donnée, si poignant, n'est souvent qu'un bel accident passager, moins réel en un sens que des prédispositions et les choix qui l'antidatent et qui lui survivront. » (présentation de l'éditeur)

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/L-Imaginaire/...

09:30 Publié dans Lectures, Littérature francophone | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marguerite yourcenar, feux, lecture |

29/03/2014

Blanche-Neige - Robert Walser

 

La Reine (à Blanche-Neige) :

Non, c'est faux. Tu te mens, et forges

toi-même un conte. Mais le conte

le dit : moi, la Reine mauvaise,

je t'ai envoyé le chasseur,

et donné la pomme à manger.

Réponds clairement là-dessus.

Tu ne fais que railler, pas vrai,

en implorant mon pardon. Rien

que gestes, façons étudiées, 

paroles d'un rôle astucieux.

Méfiante, en effet, c'est ainsi

que tu m'as rendue. Que fais-tu ?

 

Blanche-Neige
Robert Walser
traduit par Hans Hartje et Claude Mouchard
édition bilingue
dossier complémentaire établi par Fabienne Raphoz-Fillaudeau :avatars de Blanche-Neige
Collection Merveilleux N°18
José Corti, 2006

BlancheNeige.jpg

http://www.jose-corti.fr/titresmerveilleux/blanche-neige....

 

 

28/03/2014

Chaque pierre orpheline - Helga M. Novak

DSC_0418.jpgles commères infidèles

noyées avant l'heure

criaillent et se lamentent

sous la pluie de novembre

un couple de corbeaux épie

la jacasserie

de leurs jupes de laine tissée

dans la rouille du brouillard

des soldats étrangers

scrutent les lieux

le couple de corbeaux s'élève

depuis les ravines

(Thingvellir)

*

 

 

 

Chaque pierre orpheline
Helga M. Novak
anthologie bilingue, conçue par Dagmara Kraus
traduction de l’allemand par Élisabeth Willenz
Editions Hochroth, 2013

http://www.paris.hochroth.eu/fr/3154/chaque-pierre-orphel...

 

également, de Helga M. Novak
http://www.buchetchastel.fr/c-est-la-que-je-suis-helga-m-...

 

26/03/2014

Cavales - Jean-Baptiste Monat


“vous êtes le souvenir ou le fantasme d’un passé légendaire, d’une réalité sans fond, d’un présent sans lien : en musique, tristement, dans l’errance de l’espèce”

Jean-Baptiste Monat (Cavales, 2013)

Cavales
Jean-Baptiste Monat
Editions Hochroth Paris, 2013

http://www.paris.hochroth.eu/fr/3117/cavales/

*

Un article de Jean-Pierre Longre

L’homme sans réseaux
http://lhommesansreseaux.hautetfort.com/

nicolas cavaillès,éditions hochroth,poésie,jean-baptiste monat

25/03/2014

Les Carnets d'Eucharis, n°2

Le deuxième numéro des Carnets d'Eucharis (dans sa version papier), revue animée par Nathalie Riera, vient de paraître. On y lira, entre autres et dans le désordre, des textes de Claude Minière, de Corinne Le Lepvrier, de Noémie Parant, de Mina Loy, d'Eva-Maria Berg, de Paul Louis Rossi, d'Armelle Leclercq, de Paul Stubbs & de W.S. Graham.  

Le sommaire complet : 

http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/archive/2013/12...

Pour souscrire / s'abonner : 

http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/archive/2014/01...

"Ce deuxième opus poursuit sa ligne exploratrice des figures d’écritures. Ainsi, le carnet consacré à Susan Sontag fait place, cette fois-ci (mais pour mieux y revenir par la suite) à une constellation d’écrits inédits qui multiplient les franchissements et les traversées, entre essaims de poèmes et de proses, aux formes et aux formulations flambant frais. Multitude ouverte sur des détroits et des isthmes, où le « langage essentiel » se tient à l’écart, à ne cesser de favoriser les trouées. Chaque carnet entend poursuivre sa fabrique d’échappées, de « paroles sur le papier » ; les mots comme autant de tracés, de traces, et bruits de source." (éditorial, Nathalie Riera)

les carnets d’eucharis,nathalie riera,revue,littérature,poésie, Paul Stubbs, w.s. graham, claude minière

06/12/2013

The Black Herald, n° 4 - 2013


IMG2637.jpgParu fin octobre, le 4e numéro du Black Herald (revue de littérature bilingue que je coédite avec le poète Paul Stubbs) propose poèmes, fictions, essais et traductions. Au sommaire, un texte de Gary J. Shipley à propos des Microgrammes de Robert Walser, un essai de Jean-Pierre Longre portant sur Queneau et Cioran, et plusieurs écrivains & poètes (français, américains, britanniques, 
hispanophones, russes), pour la plupart traduits dans ce numéro – entre autres, Heller Levinson, Pierre Cendors, Paul B. Roth, Georgina Tacou, Vasily Kamensky, Oliver Goldsmith, Steve Ely, Anthony Seidman, Michel Gerbal, Anne-Sylvie Salzman, Jorge Ortega…

*

#4 – October 2013 - Octobre 2013
164 pages – 15€ / £12.90 / $20 – ISBN 978-2-919582-06-8 (ISSN 2266-1913)

Pour plus d’informations (sommaire complet, contributeurs, liens, etc.)

http://blackheraldpress.wordpress.com/magazine/the-black-...

*

Pour se procurer ce numéro et/ou les précédents

http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

 *

à propos du numéro 3 (2012) 

http://blongre.hautetfort.com/archive/2012/09/25/the-blac...

 *

05/12/2013

Le Prophète et le Vizir, Yves et Ada Rémy

35532.jpg« Désormais, il prophétise volontiers, ne serait-ce que pour éprouver ses progrès dans son laborieux retour vers des visions plus contemporaines. Et chaque jour il prie le Bienfaisant et Son Prophète de le prendre en pitié et de lui accorder le don de pêcher en eau moins profonde… Une prévision distante d’une lune ou deux lui apporterait gloire et considération, mais Allah, pourtant Miséricordieux, reste sourd aux requêtes intéressées de Son serviteur…

Cependant sa renommée grandit, son sixième doigt, sa faconde, ses vêtements, sa liberté d’action malgré ses origines et sa religion, en font l’objet de toutes les curiosités. Il est l’invité des cours d’Italie. Même si ses prophéties ne concernent finalement personne, même si les époques évoquées se dérobent encore, en gestation sous des milliers de jours et des milliers de nuits retenus dans les réserves des clepsydres, des sabliers et des horloges, les récits insolites qu’il rapporte de ses voyages dans le temps sont si riches et variés, si propices aux rêves, les descriptions détaillées qu’il en fait sont si originales, si fantasmagoriques, qu’il passe pour le plus plaisant des mages, quand bien même il relate parfois des scènes dramatiques.»

Le Prophète et le Vizir, Yves et Ada Rémy, Dystopia Workshop, 2012

 

www.dystopia.fr

Sur Noosfere

04/12/2013

William Sydney Graham, Les Dialogues obscurs

w.s. graham,anne-sylvie homassel,black herald press,blandine longre,paul stubbs,critiques,librairies,poésiePlusieurs articles parus ces derniers temps à propos du recueil de poèmes choisis de l'Ecossais Graham (le tout premier en français), qu'Anne-Sylvie Homassel et moi-même avons traduit. 


Un article de Romain Verger dans l'Anagnoste

"J’imagine combien l’exercice de traduction, compliqué par la nature du langage poétique, l’a sans doute été plus encore ici, car la langue de Graham est truffée de ruptures de construction, de collisions d’images déroutantes ; il évoquait d’ailleurs sa poésie comme «une architecture d'associations»."


Un article de Nathalie Riera (les Carnets d'Eucharis)

"Pour écrire, il y a des lumières et des obscurités à emprunter de tous côtés, des dialogues à saisir, qui nous parlent d’Etre et de non-être, peut-être pour nous inciter à davantage de rêveries, de relâchements. Ces dialogues obscurs n’ont rien de mystique : ils nous laissent entrevoir une autre dimension de nous-mêmes, issus d’un ici et maintenant non dénué de singularité. La poésie ne doit pas rester parmi les mots. Elle doit emprunter au monde réel, et non au rempart de la pensée conceptuelle. Mais « Si ce lieu où j’écris est réel alors/Il me faut être allégorique »."


L'ouvrage figure également parmi les coups de coeurs de la librairie Charybde (Paris) - lecture de Hugues Robert sur leur site

"Une occasion rare de découvrir, dans une édition impeccable et totalement bilingue (même les préface, postface et chronologie sont présentées dans les deux langues), ce poète écossais mort en 1986, longtemps assimilé peu ou prou aux néo-romantiques (Dylan Thomas), qu'il fréquente beaucoup en effet dans l'immédiat après-guerre, avant d'émigrer vers la Cornouaille, y alternant les longs séjours avec de brèves incursions londoniennes jusqu'à son décès, étant devenu entre temps, en quelque sorte, le "protégé" éditorial de T.S. Eliot."


Un article de Jean-Pierre Longre, sur son blog:

"Selon Paul Stubbs, d’ailleurs, si cette publication est d’abord destinée à faire connaître cette œuvre aux lecteurs français, elle doit aussi permettre au poète « de se libérer de certaines comparaisons littéraires des plus superflues »… Propos quelque peu polémique mais pertinent, qui insiste sur le fait que la traduction est une mutation, une réadaptation de la poésie dans une langue différente, qui lui permet de sortir de son « insularité »."


Lire un poème de Graham publié dans l'Anthologie d'un jour du site Terres de Femmes (Angèle Paoli), le 9 novembre dernier.

 

Ecouter le poète lire certains de ses textes (enregistrement du 23 octobre 1979)

 

****

Le recueil, dont on doit la postace au poète britannique Paul Stubbs, et l'introduction à Michael Snow, ami du poète, est disponible dans plusieurs librairies (voir ici : http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/ou directement depuis le site de l'éditeur:

http://blackheraldpress.wordpress.com/books/les-dialogues...


Les Dialogues obscurs — W.S. Graham
Poèmes choisis

Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel & Blandine Longre
Introduction de Michael Snow / Postface de Paul Stubbs
recueil bilingue
Black Herald Press, 2013
174 pages - 14 - isbn 978-2-919582-07-5


w.s graham, anne-sylvie homassel, black herald press, blandine longre, paul stubbs, critiques, librairies, poésie

(William) Sydney Graham (1918-1986) with his painting on glass.
by Michael Seward Snow, bromide print from original negative, 1958 © Michael Seward Snow.



Dernières traductions parues

CVT_Le-cycle-dOz-tome-2_6229.jpegLe Cycle d'Oz, volume 2

comprenant les tomes 3 et 4 de la série : Ozma au pays d'Oz et Dorothy et le magicien au pays d'Oz

de Frank L. Baum
traduits de l'anglais par Blandine Longre & Anne-Sylvie Homassel
illustrations de Stéphane Levallois
Le Cherche-midi, novembre 2013

à propos du Volume 1

Sur le blog de Claro

sur le site de l'éditeur


***


le temps des héros 2.jpgLe Temps des héros

Tome 2 - Le Lion de Thalakréa

Par Michelle Paver
traduit de l'anglais (Australie) par Blandine Longre
Hachette  jeunesse, novembre 2013

à propos du tome 1

du même auteur

sur le site de l'éditeur



***


11.jpgL'apprenti d'Araluen

Tome 11 - Les histoires perdues

John Flanagan
traduit de l'anglais (Australie) par Blandine Longre
Hachette  jeunesse, octobre 2013

les autres titres

sur le site de l'éditeur




18/11/2013

Rencontre avec le dramaturge franco-roumain Matéi Visniec

Le 28 novembre à 18h30, Bibliothèque municipale de Lyon la Part-Dieu, aura lieu une rencontre avec le dramaturge franco-roumain Matéi Visniec. Il y sera question de littérature francophone et roumaine, de théâtre, de poésie, de roman. L’auteur lira des extraits de ses textes.  Rencontre animée par Jean-Pierre Longre.
*
davantage d'informations sur le site de la BM de Lyon
*
 
*
 
chez ses éditeurs :
 
*
Jean-Pierre Longre, universitaire et critique, a enseigné la littérature du XXe siècle à l’Université Jean Moulin de Lyon. Collaborateur de diverses revues, il a participé à la publication des romans de Queneau dans la Bibliothèque de la Pléiade, et est l’auteur de plusieurs études sur des écrivains contemporains. Entre autres : Raymond Queneau en scènes (Presses Universitaires de Limoges, 2005) ; Une belle voyageuse. Regard sur la littérature française d’origine roumaine (éditions Calliopées, 2013).
 

matéi visniec, jean-pierre longre, littérature franco-roumaine, rencontre

13/10/2013

Paysages d’été - Nathalie Riera

152743703.jpgPaysages d’été
Nathalie Riera
Lanskine, 2013

« mon enjouement dans le retrait j’écris la certitude de la soie à être douceur la certitude du fruit à mûrir j’écris sans m’éloigner ni du demi-jour ni du midi sans fuir les limites de l’enclos du jardin

mon enjouement dans l’attente du souffle qui reprend du rêve qui est vie l’ardeur contre le désarroi qui ne peut prendre place nulle part et de l’insouciance parmi les soucis

dans la pénombre du roman que reste-t-il ? deux voix qui se sont tues un vent sans fougue et ce qui se répète mais ne se renouvelle pas »


Nathalie Riera est l’auteur d’un essai, La parole derrière les verrous (Éditions de l'amandier, 2007) et de recueils de poésie : ClairVision (Publie.net, 2009), Puisque Beauté il y a (Lanskine, 2010), Variations d’herbes (Éditions du Petit Pois, 2012) et Paysages d’été . Elle a également créé la revue Les Carnets d’eucharis qu’elle anime depuis mars 2008.


Présentation et critique de l’ouvrage

http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/archive/2013/06...

sur Terres de femmes

http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2013/06/nathal...

sur le site de l’éditeur

http://www.editions-lanskine.fr/livre/paysages-dete

 

01:51 Publié dans Edition, Littérature francophone, Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nathalie riera, lanskine, poésie |

12/10/2013

Enfer ! s'écria la duchesse - Michael Arlen

roman, littérature anglaise, La dernière goutte, anne-sylvie homassel, Michael Arlen, Enfer! s’écria la duchesse
Michael Arlen
(titre original : Hell! Said the Duchess – A Bed-Time Story, 1934)
Traduit de l'anglais par Anne-Sylvie Homassel
La dernière goutte, 2013

« Nous voici confrontés maintenant à la révoltante nécessité de paraître remettre en cause la bonne réputation et la personne de la duchesse de Dove et Oldham, telles que nous venons de les décrire. Qu’il existe sur terre des individus assez vils pour faire insulte à la pureté de cette dame est tout bonnement impensable. Et pourtant, ils furent un certain nombre. Voire un nombre certain.

Il faut, à haute et intelligible voix, reconnaître ceci de ses amis et de ses connaissances : parmi eux, un sur dix refusa de croire les rumeurs qui circulaient ; les neuf autres en furent pétrifiés. Que la femme qu’ils avaient toujours tenue pour la plus réservée de son sexe, la plus vertueuse de sa génération, puisse être impliquée dans des histoires si sordides avait de quoi stupéfier. À notre grand désarroi, quelques individus de l’espèce perfide déclarèrent quant à eux qu’ils avaient toujours voulu voir la duchesse sous son vrai jour et que rien de cela ne les surprenait. »

Découvrir le roman et l'auteur sur le site de l’éditeur

 

 

19/09/2013

Vie de monsieur Leguat, Nicolas Cavaillès

À paraître le 23 septembre 2013
les Editions du Sonneur 

http://www.editionsdusonneur.com/livre/vie-de-monsieur-le...

France, dix-septième siècle. La révocation de l’Édit de Nantes pousse certains à l’exil, tel François Leguat (1638-1735), huguenot forcé de quitter ses terres à l’âge de cinquante ans. Le destin de cet homme croise dès lors des contrées opposées et éloignées : Hollande, Mascareignes, île Maurice, Indes néerlandaises, Angleterre… Tour à tour gentilhomme des plaines de Bresse, aventurier de l’océan Indien et patriarche des bas-fonds de Londres, Leguat passera de l’Éden originel à la cité de l’Apocalypse. Nicolas Cavaillès s’empare littérairement de la vie de ce personnage hors-norme, y entremêlant quête spirituelle, découverte d’un monde inexploré et violence de l’être humain.

Nicolas Cavaillès, traducteur du roumain, a édité les œuvres françaises de Cioran dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard, 2011). Il est l’auteur de plusieurs essais de critique littéraire, dont Cioran malgré lui. Écrire à l’encontre de soi (CNRS Éd., 2011), et L’Élégance et le Chaos. Correspondance de Catherine Pozzi (Non Lieu, 2011). Depuis 2013, il dirige la maison d’édition Hochroth-Paris, dédiée à la poésie.

Du même auteur : La Longue Allée, nouvelle parue dans le n°3 du Black Herald.

Leguat-Cavailles-220x346.jpg

18/09/2013

Les Carnets d'Eucharis : poésie / littérature / photographie / arts plastiques

Le premier numéro des Carnets d'Eucharis (dans sa version papier), revue animée par Nathalie Riera, a paru en février 2013. Le deuxième est à paraître en 2014. 

Pour souscrire / s'abonner : 

http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/archive/2014/01...

A propos de la revue, lire également un article de Patrick Kéchichian dans La Revue des revues (n° 50, 2013)

"Les Carnets d’Eucharis, animés par Nathalie Riera, existent depuis 2008 en version numérique. Prose et poésie, mais aussi arts plastiques et réflexion critique se rencontrent, se croisent, dialoguent. Dans le premier numéro papier elle explique dans un entretien la vocation de sa revue : « Ma décision d’en venir, une fois par an, à une version papier, est aussi une manière de ne pas négliger un autre pan du lectorat qui s’avère peu attaché à la seule lecture numérique. Je n’ai aucune certitude quant à savoir si cela est ou non un bon choix. Certains lecteurs ont trouvé la démarche curieuse, l’estimant à contre-courant de ce qui se passe actuellement, à savoir la désertion du support papier en faveur du support numérique. » Puis elle cite cette amorce d’analyse par Claude Minière : « Dans le passage à l’édition “papier”, il y a un geste significatif. Par là, vous allez vers ce qui se donne à la main, ce qui peut se lire dans la main (dans la méditation) – et donc n’est plus sous l’impression binaire “informatique”, se déroulant pour l’œil seul. C’est important. » Oui, Claude Minière a raison de souligner la signification de ce passage préalable par la main qui éprouve avant l’œil, autrement que lui. Ce « travail de circulation » dont parle Nathalie Riera trouve là, en même temps que son support naturel, sa raison d’être."

 

les carnets d’eucharis,nathalie riera,revue,littérature,la revue des revues,claude minière,susan sontag,philippe soupault

 

 

03/09/2013

Les Dialogues obscurs - W.S. Graham

Vient de paraître 

Les Dialogues obscurs — W.S. Graham
Poèmes choisis

Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel & Blandine Longre
Introduction de Michael Snow / Postface de Paul Stubbs
recueil bilingue
Black Herald Press, Septembre 2013
174 pages - 14 - isbn 978-2-919582-07-5

W.S. Graham

 

William Sydney Graham, né en Écosse en 1918 et décédé en Cornouailles en 1986, est l’un des poètes britanniques majeurs du xxe siècle, remarqué dès 1949 par T.S. Eliot, alors éditeur chez Faber and Faber – maison qui publiera l’ensemble de son œuvre à partir de son troisième recueil. Lié entre autres à Dylan Thomas, à Edwin Morgan et à de nombreux artistes, Graham se consacre presque exclusivement à la poésie, menant une vie d’extrême pauvreté. Ce recueil (dont on doit l’introduction à Michael Snow, ami proche du poète dont il fut l’exécuteur testamentaire, et la postface au poète britannique Paul Stubbs) rassemble un choix de textes traduits en français pour la première fois, ainsi qu’un essai de W.S. Graham sur sa poésie ; l’ensemble vise à retracer l’itinéraire d’un écrivain d’une originalité rare, explorateur d’un langage à la fois allié et adversaire. Parfois jugée « difficile », son œuvre fut par conséquent méconnue de son vivant, mais la renommée du poète n’a cessé de grandir depuis sa mort, comme en témoignent la publication des New Collected Poems en 2004 (Faber and Faber) et cette première parution en français.

Pour se procurer l'ouvrage :

http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

Pour en savoir plus :

http://blackheraldpress.wordpress.com/books/les-dialogues...

25/05/2013

'Flesh', Paul Stubbs

Vient de paraître, un long poème de Paul Stubbs

Flesh
Paul Stubbs
introduction by Ingrid Soren
Black Herald Press, May 2013
130×170 – 54 pages - 10 € / £ 8.50 / $13
ISBN  978-2-919582-05-1

Order the book / Commander l’ouvrage

Plus d'informations


flesh1 bande.jpg



29/03/2013

Une belle voyageuse...

Une belle voyageuse
Regard sur la littérature française d’origine roumaine
Jean-Pierre Longre
Calliopées, 2013

 

littérature roumaine,littérature française d’origine roumaine,jean-pierre longre,calliopées

 

Juillet 1990­: à l’invitation d’une amie née en Transylvanie, Jean-Pierre Longre, après avoir traversé une Europe en pleine métamorphose, arrive en Roumanie, dans ce pays qui vient de sortir d’une longue période de dictatures et de s’ouvrir à la liberté de circuler, de créer, d’accueillir. Frappé, comme d’autres visiteurs, non seulement par l’hospitalité, mais aussi par la francophilie des habitants, par leur connaissance précise de la langue, de la culture et de l’histoire de la France – les livres avaient été pour eux une échappatoire, un refuge, une ouverture vers le passé et l’avenir – il lie amitié avec plusieurs Roumains, de ceux qui le reçoivent à cette époque. Une amitié qui ne s’est pas relâchée, entretenue par de nombreuses visites de part et d’autre.

Cet ouvrage est issu de plusieurs années de fréquentation assidue de la littérature roumaine d’expression française ou, pour une moindre part, traduite en français, fréquentation dont Jean-Pierre Longre a tenté de rendre compte dans des articles de fond et dans des notes de lecture. Ainsi est mis en valeur le caractère à la fois durable et dynamique d’une littérature qui a enrichi le patrimoine francophone et européen – et qui continue à l’enrichir.

Universitaire et critique, Jean-Pierre Longre a enseigné la littérature française et francophone du XXe siècle à l’Université Jean Moulin de Lyon. Collaborateur de diverses revues, il a publié plusieurs études sur des écrivains contemporains, dont Raymond Queneau.


http://jplongre.hautetfort.com/


Autres parutions de l’auteur : http://jplongre.hautetfort.com/about.html


Pour commander l’ouvrage

http://www.calliopees.fr/e-librairie/fr/essai/71-une-belle-voyageuse-jean-pierre-longre-9782916608303.html

http://www.calliopees.fr/

28/03/2013

Les Dix Jours de Yangzhou

Les Dix Jours de Yangzhou
JOURNAL D’UN SURVIVANT
Wang Xiuchu

Traduit du chinois et présenté par Pierre Kaser
Anarcharsis, 2013

 

« Le 26, les incendies avaient baissé d’intensité ; le ciel blanchit progressivement. Nous remontâmes alors sur le toit où avaient déjà pris place plus d’une dizaine de personnes qui s’abritaient sous le chéneau.

Soudain, un homme sortit de la résidence sise à l’est de notre perchoir et tenta de gravir le mur ; il était poursuivi par un soldat qui, sabre à la main, semblait littéralement voler. Lorsqu’il aperçut notre groupe, l’assaillant abandonna son objectif initial pour se précipiter sur moi. Pris de panique, je dévalai du toit, suivi de près par mes aînés, auxquels mon frère cadet avait emboîté le pas. Après avoir couru plus de cent mètres, nous nous arrêtâmes – à partir de ce moment, je perdis la trace de mon épouse et de mon fils, ignorant tout du sort qui leur serait réservé. »

 

9782914777940FS.gif

En 1645, en Chine, les Mandchous renversaient par les armes la dynastie des Ming pour s’emparer de l’Empire du Milieu – qu’ils devaient gouverner jusqu’en 1911. La ville de Yangzhou, réputée pour son opulence, opposa une résistance à l’avancée des envahisseurs. Ceux-ci firent un exemple : ils se livrèrent à un massacre tel que l’histoire de l’humanité en a peu enregistré dans ses annales. En l’espace de dix jours de carnage, de viols, de pillages et d’incendies, 300 000 personnes auraient été exécutées.

Wang Xiuchu, un négociant, survécut à ces heures terribles. Il écrivit à chaud, comme pour en exorciser l’effroi, le récit de ses errances dans la ville vouée à l’enfer. Son texte bref et cinglant nous livre un témoignage sans exemple des violences inouïes endurées par les populations, les sentiments effarés d’un survivant.

http://www.editions-anacharsis.com/Les-Dix-Jours-de-Yangz...

 

Le traducteur

http://kaser.hypotheses.org/187

http://jelct.blogspot.fr/

 

 

26/02/2013

Le Cycle d'Oz - à paraître en mars

Le Cycle d'Oz, tome 1
comprenant Le Magicien d'Oz et Le Merveilleux Pays d'Oz
de Frank L. Baum
traduits de l'anglais 
par Blandine Longre & Anne-Sylvie Homassel
illustrations de Stéphane Levallois
postface de Fabrice Colin
Le Cherche-midi, mars 2013

plusieurs présentations en ligne

http://www.magazine-litteraire.com/mensuel/529/over-oz-01...

http://towardgrace.blogspot.fr/2013/01/bientoz.html

http://jeunesse.actualitte.com/adaptations/la-magicien-d-...

http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/03/07/la-route-...

http://www.lefigaro.fr/livres/2013/03/06/03005-20130306AR...

http://www.liberation.fr/livres/2013/03/13/en-chair-et-en...

http://blogs.lexpress.fr/allonz-enfants/2013/03/14/the-ye...

 

 

le cycle d'oz,blandine longre,anne-sylvie homassel

 

le cycle d'oz,blandine longre,anne-sylvie homassel

(1900 first edition cover, George M. Hill, Chicago, New York.)


21/02/2013

Pernette du Guillet / Maurice Scève, aux éditions Hochroth

 

C'est une ardeur d'autant plus violente,

Qu'elle ne peult par Mort ny temps perir :

Car la vertu est d'une action lente,

Qui tant plus va, plus vient à se nourrir.

Mais bien d'Amour la flamme on voit mourir

Aussi soubdain, qu'on la voit allumée,

Pource qu'elle est tousjours accoustumée,

Comme le feu, à force, et vehemence :

Et celle là n'est jamais consumée :

Car sa vigueur s'augmente en sa clemence.

 

Rymes LI, Pernette du Guillet (1520-1545)

******

à (re)découvrir dans une anthologie réalisée par Nicolas Cavaillès : Heureuse peine et longue mort,  Pernette du Guillet / Maurice Scève, aux éditions Hochroth, Paris, 2013

http://www.paris.hochroth.eu/

 

Un autre titre au catalogue de cette nouvelle maison :

L’aurore me trouvera les bras croisés, Emil Botta, poèmes extraits de Întunecatul April (1937), anthologie bilingue, traduction du roumain par Nicolas Cavaillès (Hochroth, Paris, 2013)

pernette du guillet,maurice scève,nicolas cavaillès,éditions hochroch,poésie 

Pour commander les ouvrages : http://www.paris.hochroth.eu/fr/commander-nos-livres/ (lesquels sont également disponibles dans certaines librairies : http://www.paris.hochroth.eu/fr/presentation/)


15/01/2013

L'homme couvert de dieux

Marguerite Yourcenar, Fata Morgana, littérature, allégorieL’homme était assis au bord du fleuve.
C’était aux premiers jours des siècles. L’homme était nu, velu, fauve, avec d’énormes os saillants sous la peau brune que tigraient des plaques de boue. Avec ses jarrets faits pour la course, ses yeux faits pour l’affût, ses mains exercées pour la prise, ses mâchoires façonnées pour mordre et moudre la proie, l’homme était semblable aux bêtes. Il avait d’elles les instincts simples, la défiance, les brusques terreurs irraisonnées qui hantent les solitudes. Il était fort. Il ignorait sa force. Il avait peur des nourritures inconnues, des choses nouvelles, des fauves plus robustes que lui, des insectes qui harcèlent le chasseur endormi, des vers qui mangent le chasseur mort. Des pensées, peu nombreuses, se construisaient lentement, par fragments, sous son front très bas.

Marguerite Yourcenar, L’homme couvert de dieux (Fata Morgana, 2011, dessins de Philippe Hélénon, postface d’Achmy Halle – première parution dans L'Humanité du 13 juin 1926.)

http://www.fatamorgana.fr/livres/l-homme-couvert-de-dieux


13/12/2012

Le mal dans la peau, Gabriel Báñez

LMDLP.png« À cet instant précis, je me remémorai l’histoire d’un vieux pêcheur qui, jour après jour, jetait son filet à la mer pour ne recueillir que des méduses dont il s’empressait d’aller enterrer les corps gélatineux derrière sa cabane parce que, disait-il, c’étaient les fœtus dont le monde avait avorté. C’était une histoire sordide, bien sombre ; je l’avais lue en cachette lors d’un cours au séminaire, même si je ne me rappelais pas qui l’avait fait circuler, ni de quel livre elle était tirée. D’une façon ou d’une autre, Rachel avorterait elle aussi et le destin, étrangement, se manifesterait non comme la résolution illusoire d’une somme de possibles, mais comme l’unique certitude où menait cette histoire : un fœtus dans le fleuve. »  

Le mal dans la peau, Gabriel Báñez, traduit de l’espagnol (Argentine) par F. Gross-Quelen, La Dernière Goutte, 2012

Lire l'article de Romain verger

http://anagnoste.blogspot.fr/2012/09/gabriel-banez-le-mal...

 

Du même auteur : Les enfants disparaissent


Pour commander l’ouvrage :

http://www.ladernieregoutte.fr/livres/le-mal-dans-la-peau/

 

Anne-Françoise Kavauvea présentait ici les éditions de La Dernière Goutte.


Gabriel Báñez est décédé en juillet 2009, on peut consulter son blog ici :

http://cortey.blogspot.com/

 

4e de couverture :

La nuit qui habite Damien Daussen est noire comme son amertume et sa médiocrité, et rougeoyante comme sa haine à l’encontre de tout ce qui vit et cherche à grandir. C’est à une plongée dans ces ténèbres que nous convie Gabriel Báñez pour exorciser le cauchemar d’une humanité indécente, sans rédemption, sans innocence. Car il fait sombre, parmi les hommes, quand le rire des enfants ressemble au rictus des bourreaux et quand les victimes jouissent, à l’instar de leurs tortionnaires, des coups qu’on leur assène. Qui dit conscience humaine dit pouvoir et prédation, et à côté d’une telle humanité, seules les bêtes apparaissent comme des êtres sans défense. Une fable glaçante sur le mal qui, au-delà de la cartographie mentale d’un antisémite, s’avance tout au bord du gouffre de l’histoire des dominations et des violences politiques.

 

20/11/2012

Librairie Point D’encrage - Lyon

Une nouvelle librairie vient d’ouvrir à Lyon, créée par Emmanuel et Anne-Françoise (que l'on connaissait grâce à son blog critique, De seuil en seuil, toujours consultable).
 
 
Point D’encrage
73 rue Marietton 69009 Lyon
 
 
On y trouve entre autres les ouvrages de Black Herald Press et de nombreux éditeurs indépendants. 
 
 
Pour en savoir plus, petite présentation sur le blog de Romain Verger et pour suivre les actualités de la librairie : sur Facebook et sur le blog de la librairie (en attendant le site internet). 

A lire également, un entretien tout récent avec Anne-Françoise Kavauvea. 
 

pointdencrage.jpg

19/11/2012

Traduction littéraire en France : quelques sites et textes de référence

Un grand merci à Nathalie Mège, traductrice littéraire, qui a rassemblé ces informations sur sa page Facebook (laquelle s'enrichit régulièrement de nouveaux liens). 

• Une mine d'informations pratiques, même pour les non-adhérents : le site de l'Association des Traducteurs Littéraires de France.

 

• Le forum du site "portail-traduction", peuplé de traducteurs littéraires. (On ne voit l'intégralité des messages qu'une fois inscrit.) Ses deux atouts : l'entraide et l'ambiance.

 

• Le convertisseur de tarifs  (langue source ↔ langue cible ; papier ↔ informatique, etc.) édité par plusieurs membres du forum.

 

• Le nouveau Code des usages pour la traduction littéraire co-signé par le Syndicat National de l'Édition, qui régit les rapports entre éditeurs et traducteurs depuis mars 2012.

 

• Le Code de la Propriété Intellectuelle sur les principes et la lettre duquel est fondé le Code des Usages, le traducteur littéraire étant considéré comme l'auteur du texte français.

 

• Une "Loi sur les œuvres indisponibles" très contestée par les auteurs, car elle instaure une sorte de réquisition des droits numériques sur les ouvrages parus jusqu'en 2000, a complété le CPI début 2012. Les auteurs ne sont d'ailleurs pas les seuls à la contester : cf l'analyse d'un juriste spécialisé parue dans les recueils Dalloz de référence (plan de l'article + document téléchargeable).

 

• En attendant d'éventuels aménagements, un Petit guide de survie juridique à l’usage des auteurs d’œuvres indisponibles aide à y voir clair sur le site S.I.Lex . Le Syndicat des auteurs de BD a également mis en ligne en novembre 2012 les recommandations du Conseil Permanent des Ecrivains pour "récupérer vos droits" sur vos livres épuisés.

  

• Autre guide indispensable, ce pdf à télécharger sur le statut fiscal des auteurs (donc, des traducteurs littéraires)rédigé par une expert-comptable et édité par l'Agence du Livre Provence Alpes Côte d'Azur.

 

• Toujours sur le nerf de la guerre : chaque printemps tombent (en théorie) dans la boîte aux lettres de l'auteur/traducteur des feuilles qu'on appelle "relevés de droits". Elles sont décryptées dans ce pdf sur la reddition des comptes, édité par une mystérieuse "'instance de liaison SGDL/SNE qui réunit à parité auteurs et éditeurs" – mais diffusé sur le site de La Charte des Auteurs et Illustrateurs pour la jeunesse, ce qui est un gage de sérieux.

 

 une page utile (sur le site ProZ) pour ne pas se faire piéger par les escrocs de la traduction technique.


•  Et enfin, après l'effort… la réflexion : les deux revues françaises consacrées à la traduction littéraire sont consultables gratis en ligne :

Palimpsestes, créée par des universitaires en 1987, éditée par les Presses de la Sorbonne nouvelle, et Translittérature, issue de l'ATLF et d'ATLAS (l'association organisatrice des Assises de la traduction littéraire d'Arles). A été mise en ligne, archives y compris, à la rentrée 2012. 

 

18/11/2012

Gregory Corso en traduction

A découvrir dans le dernier numéro du Black Herald, plusieurs poèmes de Gregory Corso accompagnés de leur traduction en français et d'une présentation (en VO et en VF) de Kirby Olson, auteur de Gregory Corso: Doubting Thomist (Southern Illinois University Press, 2002). Gregory Corso (1930-2001), poète américain, fut le plus jeune membre du noyau dur de la Beat Generation, proche de Jack Kerouac, d’Allen Ginsberg et de William S. Burroughs. Ses deux recueils les plus célèbres demeurent Gasoline (City Lights, 1958) et The Happy Birthday of Death (New Directions, 1960).

 

“I leave paradise behind me

My paradise squandered fully

What dies dies in beauty

What dies in beauty dies in me—”

 

(On Pont Neuf, Gregory Corso - from The Happy Birthday of Death, 1960)


***


“Je laisse le paradis derrière moi

Mon paradis pleinement gaspillé

Ce qui meurt meurt dans la beauté

Ce qui meurt dans la beauté meurt en moi –”


(Sur le Pont-Neuf, trad. B. Longre, The Black Herald, n°3, septembre 2012)


gregory corso,the black herald,on pont neuf,blandine longre,traduction,poésie,poetry

"Selon moi, la poésie de Corso associe le meilleur de la tradition imagiste américaine et le meilleur du surréalisme français. Aussi l’œuvre de Corso est-elle très proche de celle de son ami Frank O’Hara. En effet, ce dernier avait apparemment appris à associer le surréalisme français à la métrique variable et idiomatique de William Carlos William, le tout rédigé sur le ton de la conversation. Marjorie Perloff dit de Frank O’Hara : « ...O’Hara ne fut à même d’écrire les poèmes que nous considérons comme ses plus accomplis que lorsqu’il apprit à fusionner ces deux modes – adapter des images et des formes surréalistes à un idiome américain. » Une définition qui peut tout autant s’appliquer à Corso, lequel demeure l’un des grands secrets de la poésie américaine des années 1950 et au-delà, et presque certainement l’un des poètes américains les plus sous-estimés." Kirby Olson.



17/11/2012

En traduction : parutions récentes

51bhCda68mL._SL500_.jpg

Immortels, tome 3
Cate Tiernan
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par B. Longre
Hachette, Black Moon, nov. 2012

les tomes précédents
blongre.hautetfort.com/tag/cate+tiernan

Sur le site de l'éditeur
www.lecture-academy.com/immortels-tome-3-l-eternite 

 

 


51-vd5hC9mL._SL500_.jpgL'Apprenti d'Araluen, tome 9, La Traque des Bannis
John Flanagan
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par B. Longre
Hachette, nov. 2012

lecture-academy.com/l-apprenti-d-araluen-tome-9-la-traque...


 
 

16/11/2012

"Liminal" - Michael Lee Rattigan

Vient de paraître, le recueil de poésie Liminal, de Michael Lee Rattigan (Rufus books 2012). L'un des poèmes, accompagné de sa traduction en français, est disponible dans le dernier numéro du Black Herald

 

"Shake the dry branch:

scatter grain, unhusked

on the heels of a hidden sun—

the bone raised,

flung

airy monument

of untold memory, future form."

(from "Unshadowed" - M. Lee Rattigan)


**


"Secoue la branche sèche :

éparpille le grain, mondé

sur les talons d’un soleil caché –

l’os dressé,

projeté

                monument aérien

d’un souvenir indicible, forme à venir."


("Hors d'ombre" - extrait - trad. de l'anglais B. Longre)

 

**

Plus d'informations

http://blackheraldpressblog.wordpress.com/tag/liminal/

http://www.rufusbookspublishing.ca/authors/rattigan_micha...

Pour commander l'ouvrage

http://www.rufusbookspublishing.ca/orders/index.html

Pour commander le Black Herald

http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

liminal.jpg

11/11/2012

"Le Monde de Charlie" ("Pas raccord") de Stephen Chbosky

Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky
traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Blandine Longre
Titre original : 
The Perks of being a Wallflower
Roman Exprim, Sarbacane, nov. 2012 (réédition)


A l'occasion de la sortie en France du film The Perks of being a Wallflower (Le Monde de Charlie en VF, réalisé par Stephen Chbosky) en janvier prochain, adaptation du roman du même nom, les éditions Sarbacane (collection Exprim') rééditent la traduction française du roman (première édition 2008, Pas Raccord, traduit de l'anglais par B. Longre).

 

vz7l2r.png

Quelques articles à propos du roman 

un article de Madeline Roth

un article d'Antoine Dole

un article de Joannic Arnoi

 

le site officiel du film http://perks-of-being-a-wallflower.com/

 

stephen chbosky,le monde de charlie,the perks of being a wallflower,littérature,roman,sarbacane,blandine longre

 

25/09/2012

The Black Herald 3 - revue de littérature, vient de paraître

Le troisième numéro de la revue de littérature en partie bilingue que je coédite avec le poète Paul Stubbs vient de paraître. On peut désormais le commander en ligne (ou par email, par bon de commande), en attendant de le trouver dans quelques librairies signalées sur le site (dont L’Écume des Pages, Paris).

http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

Issue #3 – September 2012 - Septembre 2012
190 pages – 15€ / £13 / $19 – ISBN 978-2-919582-04-4


The Black Herald, revue de littérature, poésie, fiction, essais, traductions, Blandine Longre, Paul Stubbs

On y trouvera plusieurs textes de fiction et de poésie (en version originale et certains traduits en anglais) d’écrivains français : Louis Calaferte (traduction inédite de John Taylor), Tristan Corbière, Nicolas Cavaillès, Romain Verger, Michel Gerbal, Dominique Quélen, Pierre Trouiller, Nathalie Riera (également fondatrice des Carnets d’Eucharis), Mylène Catel et Jos Roy.

Les poètes de langue anglaise (pour la plupart traduits en français), originaires de Grande-Bretagne, de la Nouvelle-Zélande ou encore des États-Unis sont eux aussi bien représentés : W.S. Graham (dont nous avions déjà publié des poèmes dans le numéro 2 du Black Herald), Clayton EshlemanAndrew FenthamPaul B. Roth (également fondateur de la maison The Bitter Oleander Press) Alexandra Sashe, Andrew O’Donnell, Anthony Seidman, Gerburg Garmann, Mark Wilson, Paul Stubbs, Iain Britton, James Joyce (traduction de Pierre Troullier), Gary J. Shipley et Michael Lee Rattigan (dont le recueil Liminal paraîtra d’ici quelques semaines chez Rufus Books). Par ailleurs, on découvrira des poèmes de l’expressioniste allemand August Stramm (traduit en français par Elisabeth Willenz et en anglais par Antony Vivis et Will Stone), ainsi que plusieurs poèmes traduits en français de Gregory Corso, auteur de la Beat Generation injustement méconnu en France et pourtant tout aussi important que Kerouac ou Ginsberg, traductions accompagnées d’une présentation signée Kirby Olson.

On pourra de même lire un essai de Sébastien Doubinsky sur Baudelaire (version anglaise en regard), un second signé Bernard Bourrit (« C’est un héritage en moi qui me dévore », portant à la fois sur Julio Cortázar, les axolotls, et Fritz Horn) et un troisième sur Francis Bacon et le retable d’Issenheim de Matthis Grünewald (par la britannique Ingrid Soren, traduit en français), ainsi qu’un extrait des souvenirs d’Ernest Delahaye sur Rimbaud (traduction inédite en anglais). De même, Michael Lee Rattigan nous offre un nouveau texte en prose du péruvien César Vallejo (« Estado de la literatura española »), tandis que Rosemary Lloyd traduit du français des extraits de l’œuvre de Denis Buican, écrivain et biologiste. Nous sommes également heureux d’accueillir des auteurs de divers horizons, dont Devin Horan (cinéaste, qui prépare un troisième film sur Georg Trakl), le dramaturge new-yorkais Allan Graubard (traduit par Anne-Sylvie Homassel), l’Angolais João Melo (traduit par Cécile Lombard) et Sadie Hoagland (un texte étonnant traduit par Anne-Sylvie Homassel).

Enfin, nous remercions pour leurs photographies Olivier Longre, Will Stone, Ágnes Cserháti et Devin Horan, et Sandrine Duvillier pour sa mise en page (couverture et intérieur).

Le sommaire complet :

http://blackheraldpress.wordpress.com/magazine/the-black-herald-3/contents-sommaire-3/

Pour toute information complémentaire sur les contributeurs de ce numéro.

Contact : blackheraldpress(at)gmail(point)com

 

black herald press,the black herald,revue littéraire,paul stubbs,blandine longre,poésie,fiction,poetry,essay,translation,traduction