Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le visage vert

  • Les 20 ans du Visage Vert, revue et maison d'édition

    le visage vert,mikaël lugan,actualitté"Entrer dans sa troisième décennie d’existence lorsqu’on est une revue tient du miracle. Et lorsque, en plus, on s’affiche orgueilleusement comme une revue de littérature, et plus encore comme une revue de littérature fantastique, cela relève du surnaturel. Eh bien, cet exploit, Le Visage Vert vient de le réaliser. Son n° 26 vient de paraître vingt ans, mois pour mois, après sa naissance. La livraison inaugurale était apparue en effet en octobre 1995, composée par une poignée de passionnés rudement calés en la matière et qui avaient forgé leurs armes dans le fanzinat." Mikaël Lugan

    Pour lire la suite : 

    http://www.actualitte.com/article/monde-edition/le-visage-vert-20-ans-deja/62462

    Le site du Visage Vert, revue et maison d'édition (et pour commander les ouvrages)

    http://levisagevert.com/

    Tous les numéros de la revue

    http://levisagevert.com/Revues/accueil.html

    Le blog du Visage Vert

    http://leblogduvisagevert.wordpress.com/

    le visage vert,mikaël lugan,actualitté

    le visage vert,mikaël lugan,actualitté

    le visage vert,mikaël lugan,actualitté

    En outre, le Visage Vert s'est également lancé dans la petite édition, suivant la même démarche de découverte et de mise en lumière d'œuvres anciennes et contemporaines. Vingt-deux titres déjà parus, dont le deuxième recueil d'Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes, Chants de désir, chants de morts, un recueil de contes, nouvelles et poèmes fantastiques français (période 1880-1920) consacré aux sirènes, et dernièrementL'Animal blanc (1904) une nouvelle de l'écrivain allemand Georg von der Gabelentz (1868-1940). Enfin, cette fin d'année a été riche en parutions : Le Club des défis de l'humoriste anglais Barry Pain, un recueil d'essais consacrés à Sherlock Holmes par Jean-Pierre Naugrette (Détections sur Sherlock Holmes) et un enfin un recueil d'Yves Letort : Le Fleuve, illustré par Céline Brun-Picard. À paraître prochainement : un court roman de Philippe Riviale (L'Enlèvement d'Elsa), une réédition de Lilith de Rémy de Gourmont. Le Visage Vert n°27 est en préparation.

    Lien permanent Catégories : Edition, Lectures, Littérature étrangère, Littérature francophone, Revues 0 commentaire 0 commentaire
  • Le Visage vert 25 (février 2015)

    "C’était en hiver, dans la dernière région un peu mouvementée, onduleuse et chargée de forêts, que le vieux père Rhin traverse avant de se lancer dans les terres basses de Hollande, où il s'attardera, se divisera et subdivisera en plusieurs bras , se croisant et s'entrecroisant ; le Waal, le Nider-Ryjn, le Lets, le Rhin Tordu, la Vieille Coulée, la Coulée de la Potence, etc.

    C'était en hiver et la neige tourbillonnait, recouvrant toutes choses, champs et forêts, villages aux toits frileusement serrés qui déroulaient de longues fumées dans le ciel noir ; en haut d'un dernier mamelon baigné par le fleuve, le burg s'élevait, noir et farouche sous la couche blanche qui dessinait la ligne de ses crénelages et les pointus de ses tours, des ses tourelles et de son gros donjon carré.

    Le châtelain de ce burg avait gagné dans les batailles une renommée de rude chevalier, corps, tête et bras de fer, durs à tous et à lui-même. Il n'était pourtant qu'un petit garçon timide devant madame son épouse, châtelaine impérieuse et hautaine, qu'un chagrin rongeait au fond de son burg et qui devenait d'un caractère de plus en plus difficile, les années passant, en se voyant seule dans la grande salle peinturlurée des armoiries de la famille et des alliances, sans le moindre enfantelet à qui sourire aujourd'hui, et à qui transmettre plus tard le burg, les vassaux et les terres et les lions de l'écusson. 

    Son âme en sombrait dans l'amertume et le rude chevalier eût, pour s'étourdir, souhaité guerres et batailles perpétuelles.

    Voilà qu'en ces jours de frimas et de neige où la triste humeur des châtelains s'assombrissait encore, une malheureuse bohémienne assez légèrement vêtue de haillons multicolores vint frapper à la porte du castel. Elle serrait dans ses bras un enfant bleu de froid et en traînait un autre par la main, une lamentable petite fille à peine couverte de quelques lambeaux de toile."

    extrait de La Châtelaine aux 365 enfants
    Légende du Vieux Rhin
    , d'Albert Robida (1848-1926)
    Visage Vert n° 25, février 2015.

     

    Depuis sa naissance en octobre 1995, le Visage Vert a publié 25 numéros. Sous l’appellation générique de « Revue de littérature » (il s'intéresse au fantastique, mais aussi à l’anticipation ancienne, au bizarre, à l’absurde ou au mystère), le Visage Vert se présente comme une revue de découvertes, de traductions (ou de retraductions), d’essais et d’illustrations. Tel un archéologue dévoué aux marges de la littérature, le Visage Vert arpente les genres et les mouvements esthétiques liés à l’imaginaire. 

    le visage vert, revue de littérature, imaginaire, fantastique,

    Sommaire de ce numéro
    http://www.levisagevert.com/Revues/visagevert/visagevert/vv25.html

    pour commander la revue : http://www.levisagevert.com/edition/commande.html

    Le blog du Visage Vert, revue et éditeurhttp://leblogduvisagevert.wordpress.com/

     

    Lien permanent Catégories : Lectures, Littérature étrangère, Littérature francophone, Revues 0 commentaire 0 commentaire
  • Vivre sauvage dans les villes - Anne-Sylvie Salzman

    Vivre sauvage dans les villes, Anne-Sylvie Salzman
    Illustrations de Stepan Ueding / Couverture de Marc Brunier-Mestas
    éditions le Visage vert, 2014

     

    "Les parents d’Ada lui interdisent d’emprunter le chemin qui, partant de la ville, parvient à l’autoroute et ce faisant longe des marinas improvisées le long de l’Ouse : les bateaux qui s’arriment là ne le font pas dans les règles. Y vivent des mariniers effrayants et silencieux dont les chiens sont galeux et les femmes moroses. Des filles se sont noyées là, corps et âme. Et lorsqu’elles ont survécu, elles se sont mariées sur le chemin de halage, un sort sans doute plus terrible que la mort. Le soir, elles se baignent nues dans la rivière brune et offrent leur poitrine aux mariniers cruels, qui les battent et les mordent et les font saigner et gémir – songe Ada. Car il y a des enfants au milieu de toute cette vermine, œuvres de la chair, bien sûr, et non pas de la boueuse rivière."
    ("Le chemin de halage")

     

    anne-sylvie salzman,vivre sauvage dans les villes,le visage vert,nouvelles

     

    Anne-Sylvie Salzman est l’auteur d’Au bord d’un lent fleuve noir (Joëlle Losfeld, 1997), de Sommeil (José Corti, 2000), de Lamont (Le Visage Vert, 2009) et de Zelenka, dernières nouvelles d’Oesthrénie (Dystopia workshop, 2014)

    Vivre sauvage dans les villes est son deuxième recueil de nouvelles. Les textes de Lamont et de Vivre sauvage dans les villes ont été publiés en anglais par Tartarus Press sous le titre Darkscapes (traduction en anglais de William Charlton, 2013).

     

    Le site de l'auteur

    http://ashomassel.wordpress.com/fictions/

    L'éditeur (et pour commander l'ouvrage)

    http://levisagevert.com/

    Anne-Sylvie Salzman présente son recueil 

    www.youtube.com/watch?v=kHGk_tz3puo

    Un extrait (en anglais) de Zelenka

    http://weirdfictionreview.com/2014/06/zelenka/

    Lamont (traduction de William Charlton)

    http://weirdfictionreview.com/2014/02/lamont/

     

      

    Lien permanent Catégories : Lectures, Littérature francophone 0 commentaire 0 commentaire
  • Lamont d’Anne-Sylvie Salzman

    anne-sylvie salzman,lamont,littérature,nouvelles,le visage vert« Je tombai à genoux. Plusieurs fois, je touchai le terrible enfant de mon petit bâton, et chaque fois il se tordit dans le fossé, et ouvrait la bouche, et cria, mais à chaque fois plus faiblement. Aussi, et parce que l’idée de l’anéantir ne me quittait plus, et poussait vers mon cœur un sang noir, coupai-je par le bois pour descendre jusqu’à la Thay même. (…)

    Sur l’autre rive de la Thay, apparut l’animal noir, grand et maigre, qui m’avait coupé la route ; il s’approcha du bord de l’eau, dans les renoncules, et but longuement ; puis, à la manière d’un loup, sans doute, loup qu’il n’était pas, il descendit dans la rivière, et parvint avec quelque effort en son milieu, d’où il se laissa dériver, à perte de vue, et dans le silence. »

    Sur la Thay (Lamont, Anne-Sylvie Salzman)


     

    Ré-édition du recueil de nouvelles LAMONT, d’Anne-Sylvie Salzman (éditions Le Visage Vert), à relire ou découvrir, avec une nouvelle couverture (illustration signée Marc Brunier Mestas).


    Pour le commander en ligne


    Anne-Sylvie Salzman

    http://ashomassel.wordpress.com/fictions/


    Lien permanent Catégories : Lectures, Littérature francophone 0 commentaire 0 commentaire
  • Le Visage Vert - bis

    Je parlais récemment de la revue de littérature Le Visage Vert et de son numéro 15.

    Romain Verger, que l'on retrouve aussi ici, lui consacre un bel article dans Sitartmag.

     

    Le Visage vert , revue de littérature, n° 15 (éditions Zulma, responsable de la rédaction : Xavier Legrand-Ferronnière)

     

    Pour information : Le Visage Vert est édité par l'association Le Visage Vert depuis 1995. Le n° 1, auto-édité, est épuisé, mais un retirage est envisagé. Les numéros 2 à 13 — coédités avec les Éditions Joëlle Losfeld — ne sont plus disponibles en librairie, mais on peut les commander directement auprès du Visage Vert, au numéro, ou sous forme de collection « complète ». Enfin les numéros les plus récents (14 et 15) sont coédités avec les Éditions Zulma et donc disponibles en librairie. A partir de cette année (2008) le Visage Vert propose une collection d'ouvrages.

    Lien permanent Catégories : Revues, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire