Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Edition - Page 4

  • Le Guide de l'édition jeunesse

    c778412f6f007c1bda9dd06626b560d4.jpgCe guide fort utile propose des conseils pratiques aux créateurs, un annuaire professionnel (plus de 1400 adresses - éditeurs, salons, auteurs, illustrateurs, organismes, sites internet, écoles d'art, prix littéraires, etc.) et des annonces professionnelles.

    pagesperso-orange.fr/mclfrance/index.htm

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 0 commentaire 0 commentaire
  • Littérature pour ados - suite

    4d5741cc04485ab22e290ec1c1b6b43b.jpgSuite à la réponse du Monde des livres et à l'émission dédiée au roman pour ados, diffusée sur France Culture, voici le point de vue de Fabrice Vigne, auteur, qui avait réagi ici. Je le remercie vivement pour son compte-rendu et ses remarques.

    "J'ai écouté l'émission sur France-Culture vendredi dernier (en faisant la vaisselle et la cuisine), je vous livre mes impressions.
    Chacun a joué son rôle, chacun était dans sa partie... Après tout, le débat n'était pas neuf, donc il ne s'agissait que de réaffirmer publiquement les choses. Marion Faure avait bétonné son dossier, elle a peu parlé mais sa défense était parfaitement au point. Annick Lorant-Joly était très bien, très posée, élevant le débat par la longue durée historique quand il le fallait. Thierry Magnier a comme toujours magnifié (magnier-fié) la mission de l'éditeur, avec intelligence et dignité, mais il me semble qu'il était moins offensif que d'habitude. Sans doute les démêlés judiciaires lui pèsent-ils. Bon courage...
    La seule que j'ai trouvée faiblarde est l'animatrice de l'émission : l'aveu candide de son ignorance absolue de ce qu'est la "littérature jeunesse" était pénible, embarrassant pour elle. Qu'on commence par les lire, ces livres, avant de discuter, bon sang ! Ceci ne révèle rien d'autre que le désert médiatique qui l'entoure, cette pauvre littérature jeunesse. On ne s'intéresse à elle que quand elle se fait remarquer par la censure, c'est consternant.
    Au fond, la seule question vraiment dérangeante qu'a posée l'animatrice, était "Puisque les adolescents sont capables de tout lire, à quoi bon une littérature qui s'adresse à eux ?" Voilà une vraie question de fond qui mériterait qu'on réfléchisse, qu'on polisse les arguments, et qu'on discute longuement, au-delà d'un simple plateau radio de 3/4 d'heure rendu superficiel par les circonstances.
    Bien sûr, personne n'a vraiment répondu à cette question-là. Alors, c'est quoi, la "littérature jeunesse" ?
    J'ai failli casser un verre (oui, je faisais la vaisselle) quand j'ai entendu Marie-Aude Murail expliquer ce que devait être la littérature jeunesse : un produit de consommation consensuel pour la famille, "comme un téléfilm en prime time" (sic). Gargl ! Plutôt crever, dans ce cas, que d'être personnellement assimilé à de la littérature jeunesse ! J'adore ça, la "littérature jeunesse", mais seulement parce que j'aime la littérature tout court qu'il y a dedans. Or, la littérature est un champ gigantesque qui a toujours fait cohabiter, en plus ou moins bonne intelligence, la consommation consensuelle "prime time", et l'underground caché à découvrir tout seul, par la bande, par la bibliothèque, par le bouche-à-oreille, en secret, en silence, et surtout sans sa famille. La littérature qui m'intéresse, celle que je lis, celle que j'écris, fait au contraire partie des choses à même de nous venger, de nous consoler, de nous émanciper, ou au minimum de nous divertir, de notre famille. Et de nous en donner une autre.
    Fabrice Vigne, le 29.12.2007

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 4 commentaires 4 commentaires
  • L'Amourier - Lectures en ligne

    7ef3128995185f621a61c8e2f2624938.jpgLes éditions de l'Amourier, en sus de leurs parutions habituelles, proposent depuis peu des textes à télécharger gratuitement depuis leur site Internet, des livres du fonds en relation avec leur actualité éditoriale. Deux textes sont déjà disponibles : Je est un autre de Joël Clerget et Comme des pas qui s'éloignent d'Alain Freixe (qui vient par ailleurs de publier Dans les ramas.)
    On peut aussi lire en ligne le dernier numéro de Basilic, la gazette de l'Association des Amis de l'Amourier (dont un exemplaire de la version papier est adressé gratuitement, dès parution, à chaque acheteur). Dans le numéro 28, on découvrira de courts textes inédits de Marie-Claire Bancquart, Jean-Marie Barnaud, Jérôme Bonnetto, et Claudine Galea.

     

    Chez ce même éditeur, je suis en train d'achever Si j'ai une âme, de Vincent Peyrel, un récit captivant dont je reparlerai prochainement.

    http://amourier.com

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature francophone, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire
  • Promouvoir la lecture... autrement.

    ef325a972e6b832884cdc66cb78b09ce.jpgLa littérature est avant tout une affaire de mots. Il reste que les auteurs et/ou les éditeurs empruntent parfois des voies atypiques pour annoncer ou accompagner la sortie de leurs ouvrages, s'appropriant des supports jusqu'alors réservés au cinéma ou à la musique. A titre d'exemple, Antoine Dole, dont le roman Je reviens de mourir paraît en janvier aux éditions Sarbacane dans la collection Exprim, propose en ligne une bande-annonce qui  familiarisera le lecteur potentiel à l'univers de son récit, qu'il présente comme une "fable noire sur la collision de deux trajectoires "

     
    Pour l'auteur, cette démarche va de pair avec le contenu et la forme de son roman ; voici ce qu'il en dit : "De plus en plus la jeune littérature puise ses influences dans la musique, le cinéma, les séries télés. L'impact populaire bouscule les préjugés élitistes et intellectuels. Les codes changent, évoluent : l’écriture devient orale, dans la trajectoire d’un métissage urbain et culturel où les récits se construisent dans une dynamique poétique et organique. Langue fracturée, reconstruite, libérée, décomplexée : le verbe, mué en véritable outil générationnel, s’acoquine à la culture du bitume, implacable et cassante, pour en traduire l’essence. (...) Dans ce nouveau paysage éditorial, les éditions Sarbacane et la collection Exprim’ font un travail singulier, basé sur des textes urbains nourris de ces énergies." Dans le même esprit, la musique n'est jamais absente des romans Exprim, avec une bande-son qui "inaugure chacun de leurs ouvrages, reflet de la rythmique des différents univers qui cadencent la collection."

    35665ff77d5ea4bf372c3891e651bea4.jpgMême si elle n'est pas encore développée en France, l'idée de la bande-annonce littéraire n'est pas nouvelle - elle nous vient surtout des USA, où les éditeurs estiment que les "booktrailers" permettent de s'attirer un public plus large et incitent à lire davantage. Ainsi, on trouvera en ligne la bande-annonce du premier roman d'Alexandra Sokoloff, The Harrowing (St Martins Press, à paraître en français), un clip réalisé à l'occasion de la parution en poche, qui restitue bien l'atmosphère du roman, sans trop en dire (contrairement à la plupart des trailers cinématographiques, qui donnent l'impression de visionner le film en accéléré). Là encore, les choses sont suggérées et titillent la curiosité du lecteur/spectateur, sans forcément imposer une "lecture" (pas plus qu'une 4e de couverture, en tout cas.)

    http://fr.youtube.com/watch?v=bFpRLP_2J1A

     

    af06afa90260cac3ca1fc53415650653.jpgD'autres auteurs proposent des présentations originales, sous forme de puzzle narratif, comme Virgile Durand, dont le premier roman, Ces gens-là, paraît chez Plon en janvier. En allant sur www.myspace.com/virgiledurand, on découvre que chacun de ses personnages possède une page myspace, une façon de prolonger leur virtualité sur la toile, au-delà du récit lui-même.

    C'était déjà le cas de l'auteur Will Davis, qui a créé une page pour Jaz et une autre pour Al, les personnages de My Side of the Story (Bloomsbury), et de Cynthia Leitich Smith, auteure de Tantalize (Candlewick), avec ses personnages Kieren et Quincie (des pages plus élaborées que les précédentes, qui trompent habilement de nombreux internautes croyant avoir à faire à de "vraies" personnes...). Des prolongements de l'ordre du divertissement, évidemment, mais qui révèlent aussi comment la littérature parvient à investir d'autres supports, et à s'en nourrir, tout en brouillant les pistes, parfois, entre le réel et le virtuel. Il est fort possible que ces promotions d'un nouveau genre se populariseront rapidement. Du côté des bandes-annonces européennes, les Italiens et les Espagnols ont déjà lancé le mouvement depuis quelque temps (voir ici ou ).

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature étrangère, Littérature francophone, Sur le Web 10 commentaires 10 commentaires
  • Le Monde des Livres répond

    Suite à la publication d'un article intitulé "Un âge vraiment pas tendre" - Monde des livres du 30-11-07 - que nous avions été nombreux à commenter sur ce blog, le Monde des Livres du 21 décembre donne la parole aux éditeurs et aux auteurs dans un article intitulé "La noirceur contestée des livres de jeunesse"

    www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3260,36-991706@51-957428,0.html

    Merci en tout cas à tous ceux qui ont participé à ces discussions - les commentaires restent ouverts !

    On peut aussi lire l'article de Hélène Ramdani, éditrice du navire en pleine ville.
    http://bibliobs.nouvelobs.com/2007/12/14/litterature-jeunesse-l-offensive-de-la-morale

    Débat sur la littérature pour adolescents avec Marion Faure, Mariette Darrigrand, Thierry Magnier, Annick Lorant-Joly et Marie-Aude Murail dans l'émission Du grain à moudre, sur France Culture, le vendredi 21 décembre, de 17h à 18h.

     

    PS
    Je tiens cependant à rectifier : la journaliste du Monde m'attribue certains propos signés Annie Roland, psychothérapeute, que je m'étais contentée de citer. Voici le passage dans son contexte initial :
    La catharsis, pourtant vieille comme le monde (et surtout depuis les premiers rituels dramatiques), paraît désormais oubliée... alors que ses effets devraient rassurer les adultes qui pensent qu'il faudrait mieux "protéger" les adolescents (qui, on  le sait, préfèrent se plonger dans un livre - de préférence "malsains" - plutôt que de jouer à des jeux vidéos ou que de télécharger des films X via l'internet - je sais, c'est réducteur, mais c'est aussi la réalité). Relisons ce qu'écrivait Annie Roland, psychothérapeute (voir
    l'intégralité de son analyse dans la Revue Citrouille), dont les propos éclairants concernent aussi les adultes, semble-t-il : "Ces romans génèrent un effet cathartique chez l’adolescent confronté à l’insoutenable réalité psychique de ses pulsions, c’est-à-dire qu’ils ont un effet « libérateur ». Lire une histoire, s’identifier au héros même quand il est en souffrance ne signifie pas que l’adolescent va reproduire les mêmes actes. L’acte de lire introduit la possibilité de sublimer sa propre souffrance, comme si le héros endossait momentanément la problématique du lecteur."

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 5 commentaires 5 commentaires
  • La Joie par les livres rejoint la BnF

    b6ef5f3c3ea9553eab9341827f29f926.jpgLe conseil d’administration de la Bibliothèque nationale de France a approuvé l’intégration à la BNF des équipes et des activités de l’association "Les amis de la Joie par les livres", à compter du 1er janvier 2008. L’association, créée en 1972, a pour mission de "favoriser la promotion de la lecture publique au sein de la jeunesse, d’entreprendre toutes activités et expériences de création ou d’expression reliées à la lecture des jeunes, de conduire des actions contractuelles dans son domaine de compétences", et développe quatre types d’activités : la gestion d’un centre de ressources "Centre national du livre pour enfants La Joie par les livres", et d'un portail documentaire www.lajoieparleslivres.com, des publications consacrées à la production éditoriale pour la jeunesse et à la lecture des enfants et des jeunes, des formations pour les professionnels et les médiateurs du livre jeunesse, des actions de coopération, en particulier internationales, etc.

    e6b4589f03c8c163d90b642526c7655d.jpgLa Joie par les livres publie, entre autres, La revue des livres pour enfants

    Dernier numéro paru : n° 237, novembre 2007
    Sélection annuelle (incontournable !)

    une sélection de plus de 800 titres parmi les presque 10.000 reçus au Centre de ressources entre septembre 2006 et septembre 2007, dans un numéro tout en couleurs avec la reproduction des couvertures de chaque titre, qui intègre une nouveauté cette année : une sélection de films disponibles pour les bibliothécaires.
    La Revue des livres pour enfants est consultable en texte intégral depuis le premier numéro de 1965, sauf les deux dernières années de parution.

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse, Revues, Sur le Web 1 commentaire 1 commentaire
  • Histoire de l'érotisme

    81c764209b2ad5b45752660e1b7142f6.jpgPour l'anecdote (et en lien avec l'idée de "censurer"  ou interdire des lectures aux jeunes lecteurs, histoire de les "protéger") j'ai reçu l'autre matin Histoire de l'érotisme, de l'Olympe au cybersexe (de Pierre-marc de Biasi, collection Découvertes Gallimard) ; or, l'ouvrage est entouré d'un fin bandeau de papier rouge indiquant : "Ce livre n'est pas destiné au jeune public"... je ne sais ce que l'éditeur (dont on comprend toutefois la prudence, vu le climat actuel) entend exactement par "jeune public" (c'est très vague.. 0-10 ans, 0-14 ans ??) mais il est certain que les ados, sans se jeter dessus (les illustrations parlent d'elles-mêmes mais le contenu reste relativement érudit) l'ouvriront s'ils tombent dessus. Je trouve ceci plutôt amusant, quand on sait quel type de fichiers les collégiens équipés de téléphones portables téléchargent et s'échangent au quotidien... A la rigueur, ils feraient mieux d'ouvrir cet ouvrage qui, au moins, possède certaines qualités esthétiques, les reproductions d'oeuvres d'art qu'il contient n'ayant pas la violence des images qui agressent habituellement l'oeil et l'esprit.

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 0 commentaire 0 commentaire
  • Loi 49

    Afin de contribuer au débat sur la littérature ados ci-dessous, le blog de la revue Citrouille a mis en ligne un article paru en juin 1998 : Famille, je te hais ? Il y est question de l'ADV (Alliance pour les Droits de la vie, lobby anti-IVG & euthanasie) qui, en 1998 (est-ce encore le cas aujourd'hui ?) "alertait" régulièrement les autorités de la publication de livres jeunesse qu'ils jugeaient "immoraux", car proposant des scènes de "pornographie, de pédophilie, d'homosexualité, de violence" (on aura compris de quel genre d'association il est question... On imagine que leur définition de la pornographie doit être très éloignée de la nôtre...), plus particulièrement dans certains ouvrages de l'Ecole des loisirs... ! Plus intéressant, l'article (téléchargeable en pdf) aborde aussi la question de la loi de 1949, la distinction qu'il faudrait bien faire entre littérature jeunesse (les moins de 12 ans) et littérature ado et propose une solution très simple.

    b58699647a8169b003d06d1c400192af.jpg
    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 0 commentaire 0 commentaire
  • "Un livre doit être un danger", disait Cioran...

    c327aaf8c1cc900c879a714c0cf71a51.jpgLes grands médias ont rarement l'occasion de parler de littérature jeunesse, et la plupart n'y connaissent pas grand-chose - mais quand ils le font (à l'occasion du Salon de Montreuil, une fois l'an), on aimerait qu'ils la traitent sur le même plan que les autres littératures... Et non comme une "production" à part. En effet, certains auront peut-être lu un article paru dans Le Monde des livres du vendredi 30 novembre, qui s'intitule "Un âge vraiment pas tendre - Mal-être, suicide, maladie, viol... Pourquoi les livres destinés aux adolescents sont-ils si noirs ?"

    Déjà, ces premiers mots en ont fait bondir plus d'un... (éditeurs, auteurs, bien sûr, mais aussi lecteurs), car tout est dit dans le titre : l'idée obsolète, idéal d'un autre temps, qu'il existerait un âge "tendre" ; puis l'énumération de termes qui ressemblent ici à des "gros mots" (auxquels il ne faudrait surtout pas associer l'idée de jeunesse...) et enfin, une question qui aussitôt se fait affirmation... Le ton est donné et l'article va dans le sens d'un "protectionnisme" qui semble faire un retour en force... (pour ne pas parler des velléités de censure de certains), d'autant plus dommageable que la littérature dont il est ici question s'adresse aux adolescents (et non à des "enfants") - une littérature hybride, que les adultes eux-mêmes (quand ils passent outre les préjugés) ont souvent grand plaisir à lire - et que les adolescents, selon leur maturité (qui n'a rien à voir avec l'âge...), peuvent tout lire, on le sait.

    Sur le fond, l'article remet en cause l'existence de romans (oui, des oeuvres de fiction) qui, selon la journaliste et ses interviewés, véhiculeraient des valeurs faussées, désespérantes, malsaines et bien sombres, et qu'ils ne reflèteraient pas le réel... ni les adolescents d'aujourd'hui. Qui a dit que la littérature devait ressembler au réel, voire se calquer sur lui ? Et quand elle renvoie à la réalité (on pense aux romans dits "miroirs") la littérature devrait-elle absolument s'y plier ? On se rend vite compte que la journaliste ne s'est fdff22e76faecb6798a750ea92584e54.jpgpas penchée sur les textes et leurs qualités narratives, langagières, esthétiques, imaginaires, etc. et s'est contentée de remettre en cause des "thématiques" (qui, on le sait, sont toujours les mêmes, le plus souvent inhérentes à la condition humaine) - ce qui, en soi, est bien réducteur quand il s'agit de littérature.

    Dans un article pour la revue Citrouille, j'écrivais (il y a bientôt 2 ans) : "il reste qu’une attente très adulte voudrait faire autre chose de cette littérature et lui conférer une incontournable finalité utilitariste ; il arrive de regretter l’absence de visée éducative, citoyenne ou d’exemplarité dans certains romans "

    D'après l'article : "les spécialistes le disent, Marcel Rufo en tête : la plupart des adolescents vont bien. C'est "un âge de conquête" (La Vie en désordre. Voyage en adolescence, Anne Carrière, 258 p., 18,50 €), plein d'élan et d'enthousiasme, où le bonheur est possible. Mais ce bonheur adolescent n'est pas relayé par les médias ou la littérature." Comment ? La littérature aurait l'audace de ne pas se mettre au service de la société en ne relayant pas le "bonheur adolescent" ?!

    On voit comment d'aucuns souhaiteraient instrumentaliser la littérature et en faire autre chose - des guides de savoir-être ou des manuels de survie, par exemple, ou encore des romans édifiants. Et pourtant, la journaliste écrit aussi :"La littérature jeunesse semble proposer de plus en plus de "leçons de vie" destinées à aider les lecteurs face à une situation donnée : divorce, mort d'un proche..." Et là, on ne comprend plus rien... Hormis le fait que que cet article est construit sur une somme de contradictions : on reproche à certains romans pour ados d'être des « reportages » qui donneraient des « leçons de vie », tout en demandant aux livres de devenir les instruments d’un bonheur qui reflèterait davantage le « réel »…  (et l'obligation au bonheur... ?) Jolie confusion et bel amalgame entre réalité et fiction...

    La catharsis, pourtant vieille comme le monde (et surtout depuis les premiers rituels dramatiques), paraît désormais oubliée... alors que ses effets devraient rassurer les adultes qui pensent qu'il faudrait mieux "protéger" les adolescents (qui, on  le sait, préfèrent se plonger dans un livre - de préférence "malsains" - plutôt que de jouer à des jeux vidéos ou que de télécharger des films X via l'internet - je sais, c'est réducteur, mais c'est aussi la réalité). Relisons ce qu'écrivait Annie Roland, psychothérapeute (voir l'intégralité de son analyse dans la Revue Citrouille), dont les propos éclairants concernent aussi les adultes, semble-t-il :

    "Ces romans génèrent un effet cathartique chez l’adolescent confronté à l’insoutenable réalité psychique de ses pulsions, c’est-à-dire qu’ils ont un effet « libérateur ». Lire une histoire, s’identifier au héros même quand il est en souffrance ne signifie pas que l’adolescent va reproduire les mêmes actes. L’acte de lire introduit la possibilité de sublimer sa propre souffrance, comme si le héros endossait momentanément la problématique du lecteur."

     

    Suite à la parution de cet article du Monde, quelques réactions d'auteurs :

    "Je déteste ce formatage rampant que l'on voudrait appliquer à la littérature jeunesse ! Actes Sud publie des textes forts. ce sont eux qui provoquent un mouvement, eux qui resteront (pas les textes insipides, qui parait-il correspondraient mieux aux jeunes d'aujourd'hui)" - Catherine Leblanc

     

    "Il y a quelques mois, une enseignante m'écrivait ses doutes concernant l'étude, dans sa classe, d'un de mes romans (les murs bleus), pensant que certaines scènes étaient trop violentes pour ses élèves. Je lui avais répondu que ça n'était évidemment pas à moi de juger de mon propre roman et que j'étais sans doute la personne la moins bien placée pour en parler. Mais que, de toute manière, personne ne pouvait jamais savoir l'impact d'un livre sur un lecteur ou une lectrice, et que c'était ça, le risque du vivant ! Et si elle voulait à tout prix "protéger" ses élèves, il ne fallait plus rien leur proposer en lecture...
    Je pense aussi ceci  : nous  vivons dans un monde hypocrite, avec un retour effrayant à un ordre moral. Les filles peuvent bien se faire violer en étant mineure. Des ados peuvent bien voir leur copain se foutre en l'air, se shooter à mort ou partir à la dérive... Mais surtout, qu'on n'en parle pas ! Comme si, en le taisant, on l'effaçait. Or ce silence et ce refus de voir la réalité en face font bien plus de ravages que de mettre le doigt dessus, même si ça fait mal." Cathy Ytak (dont le roman L'ombre d'Adrien est mis en cause dans l'article)

     

    « Cette polémique est bien sûr consternante. Or, elle me touche intimement : je me sens sur la liste des suspects, vu que mon premier livre mettait en scène la tentation suicidaire d'un adolescent. Je trouverais fort déplacé et imbécile qu'un journaliste vienne me déclarer au nez, sans rire, que le roman en question était autre chose que de la littérature , et qu'on me soupçonne d'avoir voulu je ne sais quel effet de miroir fonctionnel, je ne sais quel démagogue et complaisant étalage de pulsions morbides en vue de séduire des adolescents  (…) La crypto-censure cul-bénie à l'oeuvre dans cet article est alarmante : bientôt, faudra-t-il interdire aux adultes de lire les auteurs déprimants, Céline , Cioran, Thomas Bernhardt, Georges Hyvernaud, Elfriede Jelinek, sous prétexte que ces auteurs-là ne montrent pas assez que le bonheur est possible ? Mais dans quel monde vivons-nous donc ? Un monde de slogans publicitaires ? » Fabrice Vigne.

    e1c240729d1fdee4eeeb6017b978b4e9.jpgFabrice Vigne est l'auteur, entre autres, des Giètes (Photos de Anne Rehbinder, T.Magnier, photoroman, 2007), à propos duquel A-M. Mercier écrivait dans Sitartmag : "Mais à qui s’adresse-t-il ? A la jeunesse, comme l’indique la collection, et la mention de la loi de 1949 en page de garde ? A la vieillesse à qui il tend un miroir fidèle mais point trop désespérant. Aux autres ? A tous, pourrait-on dire, tant il mêle les âges et les temps. Et plus précisément à ceux qui aiment regarder les images et au-delà des images, entendre les sons, saisir les voix qui se croisent et lire entre les lignes, aux amoureux de Flaubert, donc ?"

     

    Quant à l'article, on le trouve ici
    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3260,36-983787,0.html

     

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 19 commentaires 19 commentaires
  • Droit de réponse

    Je reproduis le texte que Jeanne Benameur, Claire David (directrices de la collection “D'une seule voix”), François Martin, éditeur & Thierry Magnier, directeur d'Actes Sud Junior, ont écrit en réponse à l'article du Monde évoqué ci-dessus, qui s'en prend entre autres à la dite collection :

    Il n'y a pas d'âge pour la littérature. Une bonne fois. Cycliquement se pose cette question rebattue de l'âge. Nous le savons, personne ne bronche plus lorsque l'habitude a été prise de considérer un texte comme étant “pour la jeunesse”. Qui s'interrogerait aujourd'hui sur la légitimité de Molière ou de Victor Hugo à être lus dans les collèges ? Pourtant, Mme Rimbaud s'offusquait que le professeur d'Arthur lui ait donné à lire Les Misérables ! Rions.
    Et ça continue.
    Aujourd'hui on voudrait rabaisser la littérature contemporaine à “un travail de reporters en âges troubles, tentant de se mettre dans la tête d'un ado”.
    Non. Les œuvres incriminées ne sont pas ce qu'on voudrait nous faire passer pour du fait divers aguicheur.
    Petite mise au point. Il ne s'agit pas dans la collection “D'une seule voix” de récits mais de monologues intérieurs, d'une parole, n'en déplaise à Marion Faure. Et c'est une différence d'importance. Encore faut-il prendre le temps de lire vraiment.
    Et surtout, ces monologues sont des textes d'auteurs.
    Cela veut dire que chaque mot en a été pesé, qu'un écrivain a passé du temps de sa vie à faire advenir ce qui peut être partageable, universel, quel que soit l'âge. Ce sont ces voix que nous voulons faire entendre dans cette collection. Des voix d'auteurs comme Wajdi Mouawad, Catherine Zambon, Malin Lindroth, et nous ne laisserons pas dire qu'ils entraînent le lecteur dans des univers “malsains”… Parce que nous estimons qu'ils ont fait œuvre.
    L'adolescence, pas plus que l'enfance, n'a d'âge. C'est bien là la difficulté.
    Il y a des lecteurs qui seront toujours arrêtés par certains textes et cela n'est pas une question de date de naissance. D'autres ont lu à un “âge” supposé précoce des œuvres qu'on ne leur réservait pas.
    Les êtres humains ne sont pas réductibles à leur carte d'identité. Décidément.
    La vigilance extrême qui est la nôtre porte sur le texte. Toute souffrance se réfléchit dans la littérature qui permet de prendre le recul nécessaire pour l'envisager, voire la dévisager. Les émotions les plus intenses, nous pouvons les éprouver sans craindre qu'elles ne broient notre réalité si, et seulement si, elles ont été travaillées par la création. Lorsque des spectateurs vont voir couler le Titanic, ils paient leur place pour pleurer et non pas se noyer (ne serait-ce que dans leurs larmes… !). Claude Simon a très justement écrit dans Orion aveugle que jamais aucun incendie allumé dans un livre n'avait mis le feu à une maison.
    Nous le croyons.
    Nous croyons aussi que les jeunes filles et les jeunes gens sont intelligents et qu'ils ont droit à la littérature.
    Ils savent faire la différence entre la place de voyeur qui leur est largement offerte dans les médias et celle de lecteur.
    Lire permet d'être sujet, visionnaire et non spectateur. Libre. C'est peut-être pour cela que les livres sont toujours les premiers attaqués lorsqu'une société installe la peur comme moteur des relations humaines.
    Un article tel que celui paru dans Le Monde ne peut que légitimer les discours obscurantistes qui visent à entraver et réduire le travail de tous les passeurs de livres : libraires, bibliothécaires, enseignants.
    Lire est un risque.
    Editer est un risque. Nous sommes fiers de l'assumer.
    Vient ensuite le temps de l'échange, autre pari, vital, que Dolto entre autres a rappelé.
    Les livres ne sont pas obligatoires.
    Ils sont nécessaires à toute pensée qui se construit.

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse 2 commentaires 2 commentaires
  • Je bookeene, tu bookeenes...

    Je suis tombée sur une discussion très instructive portant sur le livre électronique, à laquelle je ne me sens pas capable de prendre part... livres.blogs.liberation.fr/livres/2007/11/vive-le-livre-s.html 

    e8aaf1fc0a5a519bddbc22cd42aee88c.jpgC'est un blog tenu par des libraires, forcément très concernés par l'évolution des supports. J'ai beau avoir conscience des enjeux économiques (pour les éditeurs, les auteurs, les libraires, et les lecteurs aussi..., bref, toute la chaîne du livre), j'avoue avoir un peu de mal à m'intéresser aux débats actuels sur les e-books, le papier électronique et autres livres sur écran... pour plusieurs raisons. D'abord par manque de temps, peut-être par paresse, mais surtout par méfiance & prudence. Il est vrai que quelques années en arrière, je me revoie, accrochée à mes vinyls (aujourd'hui au fond d'un carton), en train de lancer "no pasaran" aux CDs... Malgré tout, le livre, c'est autre chose... Avec un livre sur soi, on n'est pas à la merci d'une panne ou d'un bug..., c'est un objet dans lequel on peut écrire, annoter, souligner, dont on peut corner les pages, tordre la couverture... Bref, les livres sont des objets à part, que l'on peut malmener à sa guise, histoire de se les approprier, et dont la présence, tout autour de soi, est rassurante, tangible. Sans parler du plaisir de tourner les pages.
    En fait, tout dépend de ce que l'on lit ou consulte - manuels, dictionnaires, encyclopédies (pour ceux-ci, pourquoi pas ?) ou bien roman, poésie, album illustré... (plus difficile à imaginer...) On nous assure qu'il suffit de s'habituer, que la lecture restera "confortable" et qu'à force, on en oubliera le support. Attendons un peu, avant d'aller acheter des produits qui ne sont pas à la portée de tous...

     

    Voilà ce qu'on peut lire sur le lancement de "Kindle", le livre électronique d'Amazon - dont le rival français s'appelle le Cybook Gen3 de Bookeen (drôle d'idée d'être allé chercher une combinaison anglaise pour désigner la marque...)

    "Le groupe Amazon.com a lancé son livre électronique Kindle, un écran plat de la taille d'un livre vendu 399 dollars, dont il espère qu'il fera enfin décoller la lecture sur écran. Ce lecteur, doté d'un écran noir et blanc et d'un clavier, peut se connecter sans fil à internet et télécharger des livres mais aussi des blogs et des journaux. Les livres sont généralement proposés 9,99 dollars pièce. Amazon mettra à disposition un catalogue de 90'000 titres. Le Kindle utilise une "encre électronique", qui apparaît en fonction des impulsions électroniques, sans rétro éclairage. Il pèse environ 300 grammes, et sa mémoire peut contenir 200 titres. Son autonomie est d'environ 48 heures quand la liaison sans fil est active et plus d'une semaine si elle est éteinte. Il se recharge en 2 heures."

    A propos de l'e-book de Booken (350 euros...), quelques analyses
    www.ecrans.fr/Livre-electronique-une-page-se,2717.html

     

    Un dossier pour mieux comprendre
    www.educnet.education.fr/dossier/livrelec/default.htm 

    En attendant, je retourne à mes vieux papiers...

    Lien permanent Catégories : Edition, Sur le Web 5 commentaires 5 commentaires
  • Continents noirs

    Collection lancée en 2000, comptant aujourd'hui 41 titres, dirigée par Jean-Noël Schifano (romancier, critique, traducteur, entre autres, d'Umberto Eco), Continents Noirs propose des ouvrages contemporains d’écrivains (pour la plupart francophones) originaires d'Afrique Noire.

    Il est parfois dommage d'ériger des cloisons entre les écritures, car un écrivain, peu importent ses origines, est d'abord un écrivain ; et pourtant, les écritures africaines, dans leur diversité (le pluriel du titre de la collection en témoigne), comportent des similitudes ; d'abord, le phénomène est récent, comme l'explique si bien Jean-Noël Schifano : "Ils [ces écrivains] appartiennent, jusqu'au XXe siècle compris, à des littératures orales millénaires — quand le livre des continents noirs est le plus jeune du monde : l'âge d'un homme, celui par exemple du Sénégalais Léopold Sédar Senghor." Pour le directeur de la collection, ce mouvement possède aussi des spécificités langagières méritant d'être explorées et un dynamisme narratif demandant à être reconnu ; et seul un regroupement à part entière (comme ici une collection, ou des éditions, celle du musée Dapper par exemple) est à même de renforcer cette reconnaissance ainsi que l’impact de ces œuvres sur un lectorat avide de nouveauté.
     

    La noce d'Anna de Nathacha Appanah - Gallimard, Continents Noirs, 2005

    La mère-fille

    18175880caefecdf766a03473d4fe80d.jpgAlors que sa fille Anna est sur le point d’épouser un homme «tristement parfait», une mère fait le tour et le bilan des années écoulées, revient sur ses relations avec une fille qu’elle aime mais qu’elle ne comprend pas toujours. Une fille qui se donne des allures de « bourgeoise », qui a fait « des études de chiffres » - contrairement à elle, romancière à plein temps, un peu bohême, ouverte sur le monde et ses différences, mère célibataire depuis l’âge de vingt ans. Elle a toutefois décidé de ne pas gâcher la « noce d’Anna », de s’adapter à la situation, de jouer le jeu des faux-semblants (« Je serai comme elle aime que je sois. »), de se résigner à observer les préparatifs de loin et à rester sur la touche, tout en prenant conscience de ce qui la sépare de sa fille « vieux jeu » : « on dirait que c’est elle la mère, qu’elle m’enseigne et me transmet une certaine idée de la famille, des valeurs traditionnelles et immuables », ajoutant cependant : « quand ma fille me fait sa leçon sur la vie, je la ferme et je souris. » - respectant les choix d'Anna et sachant bien, en femme rompue à la vie, qu’on ne peut empêcher les autres de se forger leurs propres expériences, quitte à les voir s’effondrer ensuite.

    Elle ne peut se parler qu’à elle-même, en silence, et comparer son existence à celle de sa fille, énumérant les divergences qui creusent peu à peu un gouffre entre les deux femmes, sans pourtant éradiquer les sentiments éprouvés de part et d'autre. Originaire de l’île Maurice, le pays qu’elle a définitivement quitté vingt-cinq ans plus tôt, la narratrice se souvient entre autres de son départ en terre étrangère : « Je n’avais que dix-sept ans et je sautillais d’impatience », alors qu’au même âge, « Anna était une fille sage, rangée, mesurée ». Elle repense aussi longuement à Matthew, le père d’Anna, à leur aventure londonienne et à son départ pour le continent africain qui le fascinait.

    Plongée dans ses réminiscences, elle regarde avec toute la distance que lui dicte son sens critique ce qui se passe le jour du mariage, vivant ces moments comme des séquences quasi irréelles, avec aussi un peu d’irritation : « le prêtre dit les mots qu’il faut, les mots des films, les mots mis en scène. », pour s’absenter à nouveau dans ses pensées ; la narration ne cesse d’osciller avec légèreté entre flux intérieur et événements extérieurs, finalement peu importants. Un roman où se lisent tour à tour la sérénité d’une femme qui sait où trouver son bonheur et la fougue de sa jeunesse passée – un roman doux-amer dont en emporte nécessairement quelques images avec soi.
    B. Longre (décembre 2005)

     

     

    Un reptile par habitant de Théo Ananissoh (Gallimard, Continents Noirs, 2007)

    L'Afrique et ses traitres.

    4a3cf0159366e1ccc6932e7759175bbf.jpgNarcisse, petit professeur de lettres, séducteur invétéré, passe la nuit avec Joséphine quand Edith (la maîtresse de tout le monde, qu’il fréquente depuis peu) l’appelle, affolée. Il la rejoint chez elle et découvre le corps ensanglanté d’un haut fonctionnaire du régime togolais, le colonel Katouka, venu rendre « visite » à la jeune femme ; cette dernière prétend ne rien avoir vu ou entendu et demande à Narcisse de l’aider. Il hésite, s’agite, prend peur puis refuse. Pourquoi faire appel à lui, précisément, alors qu’elle le connaît si peu ? Pourquoi sa petite vie jusqu’alors tranquille devrait-elle être perturbée, voire bouleversée, par une affaire qui ne le concerne pas ? Edith contacte alors le sous-préfet de la ville (un autre de ses amants), qui prend les choses en main, et Narcisse, bon gré mal gré, se voit forcé de l’aider à se débarrasser de l’encombrant cadavre.
    Les jours suivants, rien ne transpire de l'incident, comme si la disparition du colonel était passée inaperçue dans les hautes sphères du pouvoir. Mais Narcisse, angoissé, devient vite obsédé par cet épisode qui ne quitte plus ses pensées ; son implication indirecte le met en danger, et il s’interroge sur la nature de ce crime – meurtre passionnel (Edith serait-elle coupable ?) ou règlement de compte politique ? – tout en tâchant d’en apprendre davantage.

    Sous ses allures de sombre vaudeville, dans lequel Narcisse serait le dindon de la farce, et sous ses airs de roman noir, Un reptile par habitant se lit aussi comme une fable politique exposant la violence sourde qui régit tout un pays et la corruption qui imprègne la société – selon Zupitzer, un collègue de Narcisse, «L’Afrique grouille de traîtres, comme un animal pourri de vermine» : la trahison politique, d’abord, qui est explicitement développée, mais qui semble aussi avoir contaminé la sphère privée, comme l’illustre le personnage central : Narcisse ne cesse de papillonner d’une femme à l’autre, de tromper allègrement Joséphine, et de « consommer » Edith ou Chantal, l’une de ses élèves, sans éprouver le moindre remords, prenant du plaisir dès qu’il le peut.

    Il a beau se tourmenter sur le rôle qu’il a joué malgré lui dans la disparition de Katouka (que l’on croit ensuite en fuite et qui est bientôt accusé d’avoir fomenté un complot contre l’Etat), il en oublie rarement ses rendez-vous amoureux et ne change pas ses habitudes. On prend plaisir à suivre les déboires du pauvre Narcisse, souvent pathétique, sans conteste dépassé par les événements, paralysé par ses peurs , qui tente de les apaiser en se réfugiant autant que possible entre les cuisses des femmes.

    Comme dans Lisahohé, précédent roman de l'auteur, où il était déjà question de meurtre et de morale politique, l’écriture reste lisse, sans fioritures, et va droit au but. A l’image de Zupitzer, le professeur d’histoire, qui n’y va pas par quatre chemins pour expliquer à Narcisse ce qu’il pense de l’Afrique ; Zupitzer, le seul à avoir, semble-t-il, percé à jour les dysfonctionnements du continent, une « porcherie » ; le seul à tenir des propos lucides et cohérents (malgré tout obsessionnels) sur l’impureté de leur pays, les politiciens véreux, le sexe sale et sans amour et les décennies de violence qui singularisent l’histoire africaine ; le seul à ne pas rejeter la faute sur les seuls colonisateurs, à dénoncer la position passive d'une Afrique éternellement victime, et à tenir des discours en accord avec ses actes, aussi terribles soient-ils, en opposition avec ceux qui se contentent de parler dans le vide. L’auteur, retranché derrière ses personnages, n’impose aucune morale, mais encourage le lecteur à examiner les faits sous cet angle original, à s’interroger sur la véritable nature du mal, qui n’est pas toujours là où on l’attend. Un meurtre est-il excusable quand il s’agit de d’éradiquer une injustice et de redonner un sens au combat politique ? Où se situe la véritable justice et qui doit la rendre ? Dans ce court roman déstabilisant et génériquement inclassable (en dépit des apparences...), les questions en suspens s’entrechoquent en filigrane, sans didactisme appuyé, toujours de manière ambivalente et décalée, laissant la voie libre à plusieurs interprétations, certes dérangeantes, mais qui ont le mérite de susciter des prolongements dans l'esprit du lecteur.
    B. Longre (février 2007)

    du même auteur : Lisahohé (Gallimard, Continents Noirs, 2005) - chronique en ligne

     

    Pour aller plus loin : www.gallimard.fr/collections/continents_noirs.htm

    Lien permanent Catégories : Critiques, Edition, Littérature francophone 0 commentaire 0 commentaire
  • Aventuriers du monde

    Les éditions MONDE GLOBAL lancent une nouvelle collection de romans pour la jeunesse intitulée AVENTURIERS DU MONDE, des "romans pour s’ouvrir au monde et rêver la planète."

    2b0f4292cd732afa0ac79e3e36266165.jpgTitres à paraître en novembre 2007
    Embrouille en brousse
    de Yves Pinguilly
    Faut pas tuer les goélands
    de Jocelyne Sauvard
    et les suivants...
    La caresse du tigre et autres racontars
    de Christine Beigel
    Pour qui siffle le Motocki
    de Ouaga Bellé Danaï

    "Chaque lecteur étant exceptionnel", les romans se répartissent en deux "tranches d'âge" : ALTO (tous ceux, qui, entre 10 et 110 ans, aiment les histoires…) et MEZZO (tous ceux, qui, entre 8 et 88 ans, aiment les histoires...)
    La collection est dirigée par Jocelyne Sauvard, et Christian Epanya, illustrateur, est chargé de la direction artistique des titres.
    Les jeunes éditions du Monde Global ont érigé la « globalisation » en principe, non pas à la manière nos géopoliticiens matérialistes ou autres experts en économie mondiale, mais en favorisant une approche humaniste et pluriculturelle fondée sur le partage, l’échange et la découverte – d’idéaux, de points de vue, d’artistes, d’écrivains ou de représentations. Cette maison, créée par des universitaires français et canadien d'origine africaine, propose déjà plusieurs ouvrages qui s’inscrivent dans cette démarche – romans, recueils de contes, albums ou essais ; des réalisations qui rassemblent des auteurs et des illustrateurs venus de plusieurs coins du monde, travaillant de conserve.

    Les éditions seront présentes au salon du livre de Montreuil.

    www.mondeglobal.com/

    www.jocelynesauvard.fr

    www.yvespinguilly.fr/

    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature francophone, Littérature jeunesse 2 commentaires 2 commentaires
  • Les éditeurs font fête

    Plusieurs éditeurs ont répondu à l'invitation des éditions Passage piétons et des éditions de L’Œil d’or

    Afin de fêter la fin 2007,  une quarantaine de maisons d’édition indépendantes investissent la Halle saint-pierre, musée d'art brut, d'art singulier et d'art populaire (très agréable à visiter - surtout sa librairie).
    Cette réunion informelle donne lieu à la création d’une librairie éphémère où se mêlent fictions, livres d’artistes, ouvrages jeunesse, essais et objets livresques.
    Quatre artistes présentent leurs estampes au sein d’une exposition intitulée Sans gravité : Sarah d’Haeyer (Lille), Julie Maret (Marseille), Katrin Stangl (Allemagne) et Aurélie Pagès (Paris).

    du 12 décembre au 8 janvier 2008
    Halle saint Pierre 2 rue Ronsard, 75018 Paris M° Anvers
    www.hallesaintpierre.org


    d4cc32b074077babd7d4cc0ece40b09b.jpgL’Œil d’or, petite maison d'édition fondée en 1999, revendique le coup de cœur et propose cinq collections : Essais & Entretiens, Fictions & Fantaisies, Formes & figures, Mémoires & miroirs et Plaisirs & Paresses. Quelques livres jeunesses y côtoient des essais sur la danse ou la littérature, des témoignages, des livres de cuisines et du Mark Twain : l’Œil d’or s’est en effet lancé dans la traduction ou retraduction de toute l’œuvre. L'une de ces publications, Journal d'Adam et d'Eve - ou la bible revisitée sous la plume satirique de Twain - vaut le détour.
    www.loeildor.com

    Passage piétons,
    fondée en 1998 par Isabel Gautray, graphiste et vidéaste, mène une recherche sur les liens entre l'image, essentiellement la photographie, et le texte, deux déclencheurs de l'imaginaire, de rêveries ou de réflexions.  passagepietons@wanadoo.fr


    Seront présents, entre autres, L'Atelier du poisson soluble, le Chemin de fer, La Dragonne, Nuit myrtide, Points de suspension ou Ritagada. Cette dernière maison, créée par Sarah d’Haeyer (et nommé ainsi en l'honneur de Sainte Rita, patronne des causes désespérées, et de la fraise tagada !) propose des ouvrages résolument atypiques, tels que ceux-ci :

     

    659030f526e107de53b2baddd3c859fa.jpgLes Bons d’absence de Monsieur Théodore, récoltés par Marie Bouchacourt, Ritagada, 2007

    Monsieur Théodore « passe le plus clair de son temps à ne pas être là »… Aussi déploie-t-il des trésors d’imagination à fabriquer des mots d’excuse (pour la plupart bonnes…) réunis dans cet ouvrage inclassable ; on trouvera ici tous les bons d’absence possibles, du plus classique au plus absurde, du plus amusant au plus poétiquement surprenant. Ainsi, Monsieur Théodore était absent parce qu’il « a revécu des temps anciens », parce qu’on « l’a invité à danser », ou encore parce que « sa pince à linge a refusé de le laisser sortir »… Chaque bon est mis en scène visuellement, des illustrations qui rappellent par bien des aspects l’art naïf, le surréalisme (en accord avec les textes) – des dessins faussement enfantins, entre peinture et croquis, esquisse et crayonnage. Un petit livre que l’on ne se lasse pas de feuilleter et grâce auquel on oubliera que le temps passe et qu’on est peut-être attendu quelque part… L’occasion d’emprunter à Monsieur Théodore l’un de ses précieux bons d’absence… B. Longre (2007)

     

    e5fefe56ffd0330b449f32e92533eaab.jpgBouilles de Sarah d’Haeyer, Co-édition L’œil D’Or, Ritagada, 2005

    De la nostagie...

    Il est des objets qui n’évoquent rien pour les autres mais que l’on conserve ou dont on se souvient avec émotion, des jouets qui ont pu jouer un rôle essentiel, de substitution ou de consolation, fonctionnant comme talisman, porte-bonheur, et qui se rappellent à notre mémoire comme la trace fragile du temps révolu de l’enfance.
    Serait-ce l’idée qui a présidé à l’élaboration de ce bel ouvrage inclassable ? Bouilles, collection hétéroclite de jouets, est certes destiné aux plus jeunes, mais les aînés le feuillètent avec joie et nostalgie mêlées, des sentiments renforcés par l’usure marquée des jouets photographiés, et délibérément mise en exergue (à travers le choix des angles de prises de vues et les gros plans) par Sarah d’Haeyer, artiste-à-tout-faire et fondatrice de Ritagada, très joliment désignée comme « maisonnette d'édition ».
    Les quelques trente jouets qui composent l’ouvrage ont une histoire, que Sarah d’Haeyer ne nous raconte pas, une manière de nous inciter à faire travailler l'imagination, à se laisser porter par ce qu’ils nous dissimulent et nous révèlent tout à la fois ; car chacun de ces jouets, de Rosita la giraffe en plastique à Paca le perroquet de tissu, a accompagné une enfance singulière qui pourrait tout aussi bien être la nôtre. Et peu importe que la peinture de Madame Babouchka et ses filles soit un peu écaillée, qu'Otto le chien ait été rafistolé, que l’âne Pedrolino n’ait pas deux yeux semblables, ou que la poupée Litchi ait perdu de son lustre, ces petites imperfections sont là pour rappeler l’érosion du temps qui passe inscrivant chaque objet dans une histoire muette et unique.
    On ne peut alors s’empêcher de rapprocher cet ouvrage de Mémoires d’un Ours (Arléa) un bref roman dans lequel Françoise Carré donne la parole à un jouet aimé puis délaissé, un ours en peluche qui tâche d’accepter son destin : « Je ne serai plus que l’image, charmante, désuète, de sa petite enfance (…) Et parmi ses souvenirs, je m’appliquerai, ardemment, à devenir Son souvenir.» B. Longre (2006)

     

    Lien permanent Catégories : Critiques, Edition 1 commentaire 1 commentaire
  • Editions Belize

    f38acf2a2909da6989e47b90a8813a94.jpgJ'apprends avec plaisir que l'ex maison d'édition Belem (une aventure débutée en 2003, qui avait dû s'interrompre il y a quelques mois) renaît de ses cendres et devient BELIZE ("la route vers la mer" en langue maya...).
    J’avais eu l’occasion d’apprécier plusieurs publications chez Belem, dont les deux ouvrages de Nouchka Cauwet, entre art et documentaire, qui relataient pour l’un la naissance de l’écriture, et pour l’autre celle des mathématiques, sans oublier les titres de la collection Carré d’Art dirigée par Sophie Comte-Surcin et les romans de la collection Prémices, placée sous la direction éditoriale d’Héliane Bernard (co-fondatrice de la revue et des albums Dada, de la Revue 9 de Cœur, puis des étonnants albums Tatou chez Michalon, toujours avec Alexandre Faure ).

    b127f063137a02784393ac38f625bfe4.jpg

    Bref, les éditions Belem sont mortes, vive les éditions Belize, qui proposent déjà 3 titres à découvrir sur leur site, dont deux albums très amusants (collection dirigée par Francesco Pittau) : Ça devait arriver de Gaëtan Dorémus et Il était une chaise de Bruno Heitz.

    En novembre, paraîtra un troisième opus signé Nouchka Cauwet, Parler le monde La naissance d’une langue, illustré par Sylvie Serprix, que j’ai hâte de découvrir...

    www.editions-belize.com
    Lien permanent Catégories : Edition, Littérature jeunesse, Sur le Web 0 commentaire 0 commentaire